/world/usa
Navigation

Présidentielle: Le New York Times soutient Warren et Klobuchar

Présidentielle: Le New York Times soutient Warren et Klobuchar
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le New York Times a annoncé, dimanche soir, qu’il soutenait deux candidates à l’élection présidentielle, les sénatrices Elizabeth Warren et Amy Klobuchar, étant pour la première fois incapable de se prononcer en faveur d’un seul nom. 

Pour justifier cette ambivalence entre deux démocrates aux programmes très différents, le prestigieux quotidien a dit vouloir concilier entre un choix «radical», Mme Warren, et un autre «réaliste», Mme Klobuchar. 

«Un débat essentiel a lieu, en ce moment, entre deux visions qui pourraient déterminer l’avenir du parti et peut-être du pays», lit-on dans un éditorial. 

«Certains à l’intérieur du parti voient le président Trump comme une aberration et croient qu’un retour à une Amérique plus sensée est possible. Et puis, il y a ceux qui pensent que le président Trump a été le produit de systèmes politique et économique si corrompus qu’ils doivent être remplacés», ajoute le journal. 

«Aussi bien le modèle radical que le réaliste méritent un examen sérieux. C’est pourquoi nous soutenons les candidates les plus efficaces pour chacune de ses approches. Ce sont Elizabeth Warren et Amy Klobuchar». 

Mme Warren, qui représente l’aile gauche du parti démocrate, est assez bien placée dans les sondages, régulièrement en troisième position derrière l’ancien vice-président Joe Biden et un rival très à gauche, Bernie Sanders. 

«La voie à suivre vers la nomination pour Mme Warren est semée d’embûches, mais pas difficile à imaginer», a estimé le New York Times

Si Mme Klobuchar, modérée dans ses prises de position, est plus loin dans les intentions de vote, le journal a loué ses qualités. 

Sa longue expérience au Sénat «et sa capacité prouvée à rassembler les deux camps feraient d’elle une experte des compromis (véritablement, pour sa part) et une figure qui unirait les deux ailes du parti - et peut-être la Nation», d’après le quotidien. 

«Que la meilleure gagne!» a-t-il lancé. 

Pour la première fois, le journal a montré de manière transparente, dans une émission de télévision, le processus de désignation de son candidat préféré. Il comprenait des entretiens avec neuf candidats. Les sept hommes, y compris les deux actuels favoris à la primaire démocrate, n’ont pas réussi à convaincre la rédaction.