/news/provincial
Navigation

Le tramway, dossier prioritaire de Régis Labeaume en 2020

Pénurie de main-d’œuvre et logement aussi à l’agenda du maire

Tramway
Photo courtoisie, Ville de Québec Le maire de Québec, Régis Labeaume, compte taper sur le clou du «mur» dans lequel les automobilistes de la ville risquent de foncer si on ne fait rien pour améliorer, de façon majeure, la desserte en transport en commun. Il compte aussi défendre son projet de tramway, dont voici une illustration.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Régis Labeaume compte faire du réseau structurant sa priorité numéro un en 2020 et a répété son intention d’être «plus pédagogue» cette année.  

«La priorité est la construction et la réalisation du réseau structurant», a lancé le maire de Québec en ouverture de la première séance du conseil municipal en 2020. 

«On a un projet magnifique, le bureau de projets est en effervescence», a-t-il exprimé, vantant la compétence du directeur de projets, Daniel Genest. 

Il a cependant admis que son administration a connu des lacunes sur le plan de la communication. 

«On aura, dans les prochains mois, à être très pédagogues. On communiquera beaucoup. Je serai là pour défendre le projet.» 

Il n’a pas été très loquace sur le sondage qui place l’appui au réseau à 46 %. «Il n’y a personne à Québec qui s’attendait à ce que l’opposition nous sorte un sondage positif sur le projet, alors il n’y a rien à dire.» 

Le conseiller de Démocratie Québec Jean Rousseau s’est dit surpris des résultats et a affirmé qu’il fallait mieux défendre le projet. 

Il a cependant déploré les méthodes de l’opposition. «Questionner la légitimité du maire, c’est une chose. Mais là, quand on commence à questionner le projet lui-même et qu’on n’a rien à proposer, qu’est-ce qu’on va faire avec le 3 milliards de dollars? Ils sont fonction d’un usage pour le tramway. On commence à jouer dans des eaux dangereuses.» 

MESSAGE «POSITIF» 

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, estime que le message lancé par le sondage est «positif». «Il y a 84 % des citoyens de Québec qui sont en faveur de l’amélioration du transport en commun. La portion peut-être négative pour le maire, c’est qu’il y a seulement 46 % des gens qui croient que son projet est le bon projet pour la Ville de Québec. Mais c’est un sondage très positif, nous, c’est comme ça qu’on le voit.» 

Le réseau structurant servira, selon le maire, à «enlever des milliers de voitures de la circulation».  

Il compte s’inspirer de la réorganisation annoncée dans le secteur Beauport pour améliorer la desserte en transport collectif de tout le nord de la ville. «On veut leur organiser un transport en commun fiable et confortable.» 

AUTRES CHANTIERS 

L’élargissement du boulevard Hochelaga et la construction d’un pont d’étagement dans Lebourgneuf font aussi partie des priorités. 

Le maire a exprimé qu’il s’attaquera aussi à la pénurie de main-d’œuvre et à la question du logement. Il en a profité pour affirmer que pour les jeunes et les immigrants, un réseau structurant est attrayant. Il a accusé l’opposition d’être contre le «modernisme» en s’opposant à ce projet. 

— Avec Jean-Luc Lavallée 

CE QU'ILS ONT DIT 

«Le discours toxique contre le transport structurant, ça n’existe qu’à Québec. Ça n’existe qu’à l’opposition de Québec et dans une “couple” de médias. La nouvelle génération veut un réseau structurant et les immigrants ont besoin de ça. Arrêtez de vous battre contre la logique et le modernisme.» –Régis Labeaume, s’adressant à l’opposition de Québec 21 

«La population va lui annoncer qu’on en a besoin d’un réseau de transport structurant, mais ce n’est pas le bon, c’est pas performant. [...] C’est une bonne nouvelle qu’il aille rencontrer la population. Enfin le maire va sortir de sa bulle, ça, c’est une bonne chose pour les citoyens de Québec.» –Patrick Paquet, conseiller de Québec 21