/sports/fighting
Navigation

La WBO impose un combat éliminatoire à Alvarez

La WBO impose un combat éliminatoire à Alvarez
Photo d'archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le knock-out spectaculaire obtenu par Eleider Alvarez samedi à Verona a déjà des répercussions à la World Boxing Organisation (WBO). L’organisme de sanction a ordonné mardi que le Québécois d’origine colombienne affronte Gilberto Ramirez dans un des deux combats éliminatoires chez les mi-lourds.    

• À lire aussi: Eleider Alvarez passe à la vitesse supérieure  

Les deux boxeurs ont maintenant 24 heures pour donner leur réponse à la WBO. Par la suite, les clans d’Alvarez (25-1, 13 K.-O.) et de Ramirez (40-0, 26 K.-O.) auraient une période de 15 jours de négociations pour conclure une entente. Ça ne devrait pas être très compliqué, car les deux pugilistes ont des ententes de promotion avec Top Rank. 

Si l’un des deux boxeurs était trop gourmand, on devrait avoir droit à un appel d’offres dont le minimum serait de 300 000 $. Selon les règlements, le combat devrait être présenté dans les 90 jours suivant la conclusion du marché, soit à la fin d’avril ou au début de mai. 

Le vainqueur d’un éventuel choc Alvarez-Ramirez devrait alors croiser le fer avec le gagnant du duel entre les Russes Umar Salamov et Maxim Vlasov pour le titre vacant WBO des mi-lourds. 

Si l’un des quatre boxeurs venait à refuser l’offre de la WBO, le nom de Joe Smith Jr. pourrait être à nouveau associé à celui d’Alvarez. 

« Cette situation change un peu nos plans prévus au départ, mais ce n’est pas négatif pour nous, a confirmé Yvon Michel, joint par Le Journal de Montréal. Le chemin d’Eleider pour un combat de championnat du monde sera un peu plus long. »

Le mystère Ramirez

Qui est Gilberto Ramirez ? C’est un boxeur gaucher de 28 ans qui a passé la grande partie de sa carrière chez les super-mi-moyens (168 lb). Il a été sacré champion du monde de cette catégorie en 2016 en battant un Arthur Abraham en fin de carrière. 

Il a conservé son titre pendant quelques années en battant notamment Jesse Hart à deux reprises. Le Mexicain avait également remporté un combat contre l’ancien adversaire de David Lemieux, Max Bursak. 

Depuis ce règne, il a décidé de faire le saut chez les mi-lourds l’an dernier. Ramirez a passé le test assez facilement avec une victoire expéditive contre Tommy Karpency en avril dernier. Il n’est pas remonté sur le ring par la suite. 

Il devait affronter Sergey Kovalev comme aspirant obligatoire, mais il était trop gourmand dans ses demandes. La WBO a alors décidé d’accepter plutôt un duel entre Kovalev et Saùl Canelo Alvarez. 

Toutefois, les relations entre Ramirez et son promoteur Top Rank ne seraient pas au beau fixe. Il ne serait pas impossible que les deux parties mettent fin à leur entente dans les prochaines semaines. Un dossier à suivre. 

Une rencontre avec Clavel

Dans un autre ordre d’idées, Yvon Michel a confirmé qu’il rencontrerait Kim Clavel et son entraîneuse Danielle Bouchard cette semaine. 

Comme on le sait, Clavel a décidé de ne pas renouveler son entente promotionnelle avec Eye of the Tiger Management (EOTM), qui était arrivée à échéance à la fin de 2019. Elle est maintenant libre comme l’air. 

Malgré les relations tendues entre Camille Estephan et Stéphan Larouche, Clavel avait continué de s’entraîner au gymnase de ce dernier sous la férule de Bouchard. Une situation tolérée, mais qui ne faisait pas toujours le bonheur d’Estephan.