/sports/opinion/columnists
Navigation

L’hiver dans le Bas-Saint-Laurent

Quad
Photo courtoisie, Stéphane Dumont La passerelle qui surplombe la rivière Trois-Pistoles est un bel exemple des infrastructures qui ont été mises en place pour vous faire profiter au maximum de votre randonnée hivernale dans le Bas-Saint-Laurent.

Coup d'oeil sur cet article

Des bénévoles engagés, une région qui a beaucoup de charmes à offrir et des passionnés qui ne reculent devant rien pour créer un réseau de sentiers, voilà les ingrédients qui font de la région du Bas-Saint-Laurent une destination hivernale pour les quadistes.

« Nous avons vraiment mis sur pied des sentiers qui offrent aux quadistes qui nous visitent la possibilité de découvrir notre territoire, affirme le président de l’Association quad du Bas-Saint-Laurent, Stéphane Dumont. Sur notre territoire, il y a de nombreux attraits comme les Chutes sur la rivière Trois-Pistoles, les kilomètres de sentiers dans les champs ou encore en forêt où les amateurs peuvent découvrir différents peuplements. Il y a aussi la traversée du lac Témiscouata et l’observation de chevreuils ou encore la vue imprenable sur le fleuve Saint-Laurent, à la hauteur de Trois-Pistoles. Ce ne sont là que quelques exemples de ce que les gens peuvent découvrir chez nous. »

Le territoire couvert par les sentiers de la région est très vaste. Il s’étend à partir de la limite de la région de Chaudière-Appalaches à l’ouest jusqu’à Trois-Pistoles du côté est. Au total, il offre 217 kilomètres de sentiers d’hiver.

« Comme la région est très vaste, nous avons besoin de nos bénévoles qui se dévouent à 100 % pour la mise en place et l’entretien des sentiers, indique le président. Il arrive souvent pour un bénévole de passer entre 10 et 16 heures dans une surfaceuse. Ce n’est pas rien. Ici, nous roulons dans nos sentiers depuis le temps des Fêtes. Nous avons de très bonnes conditions à offrir. Aussi, grâce à notre technique de souffler la neige dans les sentiers avec notre souffleur inversé, nous sommes en mesure d’assurer le maintien des conditions à leur meilleur. »

Des circuits

En vous rendant dans la région, vous allez découvrir la possibilité de faire cinq circuits différents dont la longueur varie entre 55 et 146 kilomètres.

À titre d’exemple, la boucle de 69 kilomètres partant de Dégelis qui passe par Saint-Juste-du-Lac et Témiscouata-sur-le-Lac vous amène à traverser le lac Témiscouata via un pont de glace dont il faut toujours vérifier s’il est bien en service. Il y a un refuge de chaque côté du lac. Vous pourrez faire de l’observation des chevreuils sur le parcours et profiter de services d’hébergement et de restauration de qualité sans oublier l’accès au service d’essence.

Sur le trajet aller-retour de 123 kilomètres avec coucher soit à La Pocatière ou à Rivière-du-Loup, vous allez retrouver tous les services de logement, nourriture et essence nécessaires, avec comme attrait touristique principal, le moulin à papier avec chute dans le secteur de Saint-Antonin. Dans le tracé aller-retour de 55 kilomètres, entre La Pocatière et Tourville, vous allez pouvoir observer les chevreuils dans leur habitat naturel, tout en ayant à votre portée tous les services nécessaires.

Touristes montréalais

Ce ne sont là que deux exemples. Pour tout savoir sur les circuits, la région, les services disponibles et plus encore, vous pouvez vous rendre sur le site www.routequad.ca. « De plus en plus nous retrouvons dans nos sentiers des gens venus de l’extérieur comme Montréal ou Sherbrooke venus découvrir notre région. C’est la preuve que nos efforts portent fruit », de conclure le président. Une vraie région pour quadistes en hiver.

En bref

Une industrie en évolution

Selon les données fournies par la Fédération québécoise des clubs quad (FQCQ), depuis les 25 dernières années, l’industrie des véhicules hors route a explosé au Québec. En 1993, on estimait à 129 000 le nombre de quads qui circulaient au Québec. Aujourd’hui, les derniers chiffres de la Société d’assurance automobile du Québec révèlent que plus de 400 000 VTT sont immatriculés au Québec. En termes de retombées économiques, les amateurs qui pratiquent l’activité dépensent plus de 1,2 G$ en hébergement, achat de véhicules, restauration, essence et tout ce qui tourne autour de ce monde qui a grandement évolué. L’arrivée sur le marché des véhicules côte à côte a changé la donne, un véhicule qui peut être entièrement équipé, le transformant en un véritable petit VUS. Il convient de mentionner qu’au fil des ans, les fabricants ont su créer des véhicules qui répondent aux attentes des amateurs, que se soit pour la chasse, la pêche, le travail ou la randonnée.

Documents à avoir

Lorsque vous partez en randonnée, assurez-vous d’avoir les documents suivants avec vous : votre droit d’accès aux sentiers ou votre laissez-passer journalier, votre certificat d’immatriculation, votre preuve d’assurance responsabilité, une pièce d’identité indiquant votre âge, un certificat d’aptitude ou votre autorisation à conduire, votre permis de conduire si vous devez emprunter la voie publique même pour une simple traversée et votre contrat de location ou un document prouvant que si vous avez emprunté votre VTT le propriétaire est au courant. Avant de prendre le départ, prenez le temps de consulter la carte interactive de la FQCQ ou informez-vous des conditions de sentiers auprès de votre club local.