/news/politics
Navigation

Six morts en Chine: Québec se dit prêt à affronter le coronavirus

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec se dit prêt à affronter le coronavirus , qui a déjà fait six morts en Chine, si la situation l’exige. 

• À lire aussi: L’Asie en «alerte maximale» face au nouveau virus chinois  

• À lire aussi: Les Québécois doivent-ils s’inquiéter?  

« On est prêt à prendre des mesures comme ce sera requis. Il n’y a pas de cas au Québec actuellement, a affirmé mardi la ministre de la Santé, Danielle McCann. On est en veille, on suit la situation de près. »

Les autorités mondiales de la santé publique se réuniront mercredi au sujet de ce nouveau virus, qui s’apparente au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Le gouvernement Legault assure que le Québec est suffisamment outillé pour faire face à la propagation du coronavirus, malgré la difficulté du système de santé à gérer la grippe saisonnière ces dernières semaines.  

Surveillance dans les aéroports

« On est capable de gérer cette situation-là, on l’a fait dans le passé et on est capable de prendre les mesures. Quand on a une situation comme ça, on mobilise tout le monde et on fait en sorte que les mesures soient prises », a insisté Mme McCann, à l’entrée de la réunion hebdomadaire des ministres du cabinet de François Legault. 

La ministre de la Santé dit être en lien constant avec son sous-ministre et le directeur de la santé publique. « Nous sommes très actifs dans le dossier et je suis au courant, je vous dirais d’heure en heure, de la situation. » 

Elle précise que des dispositions sont actuellement prises par les agences frontalières canadiennes, notamment à Montréal, Toronto et Vancouver, pour exercer une surveillance particulière auprès des voyageurs qui reviennent de l’Asie.  

Cas suspectés

Les établissements de santé ont reçu des « instructions » concernant le triage à l’urgence et la prise en charge de cas suspectés ou confirmés du nouveau coronavirus. 

« Les gens à l’intérieur des hôpitaux qui s’occupent des infections, nos médecins spécialistes, nos équipes sont très sensibilisées à la situation et évidemment vont prendre les mesures pour faire en sorte qu’on capte s’il y a des situations comme ça qui se présentent », a fait valoir la ministre McCann.  

Le réseau de la santé a également été informé de « l’analyse de laboratoire qui est disponible pour confirmer ou infirmer un diagnostic de 2019-nCoV », a précisé la porte-parole de son ministère, Marie-Claude Lacasse.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.