/entertainment/music
Navigation

L’OSQ et Les Violons du Roy unissent leurs forces dans un concert historique

Le chef Fabien Gabel a entrepris les premières répétitions, mardi matin, en prévision de ces concerts historiques où l’OSQ et Les Violons du Roy seront réunis sur les planches du Grand Théâtre de Québec.
Photo Jean-François Desgagnés Le chef Fabien Gabel a entrepris les premières répétitions, mardi matin, en prévision de ces concerts historiques où l’OSQ et Les Violons du Roy seront réunis sur les planches du Grand Théâtre de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

L’Orchestre symphonique de Québec et Les Violons du Roy écriront une page d’histoire, ce soir, au Grand Théâtre. Les deux formations interpréteront ensemble, sur la même scène, Le Sacre du printemps de Stravinsky.  

Le chef Fabien Gabel a entrepris les premières répétitions, mardi matin, en prévision de ces concerts historiques où l’OSQ et Les Violons du Roy seront réunis sur les planches du Grand Théâtre de Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

Les deux ensemble ont déjà uni leurs forces, en 2001, lors du Sommet des Amériques, mais peu de gens s’en souviennent. Il s’agissait d’un concert privé pour les dirigeants des pays invités.   

«Nous étions enfermés à l’intérieur du Centre des congrès et on n’avait pas le droit de sortir en raison des manifestations à l’extérieur», s’est souvenue, lors d’un entretien, Catherine Dallaire, premier violon de l’OSQ.     

Le chef Fabien Gabel a entrepris les premières répétitions, mardi matin, en prévision de ces concerts historiques où l’OSQ et Les Violons du Roy seront réunis sur les planches du Grand Théâtre de Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

Les Violons du Roy et l’OSQ offriront aussi, lors de ces concerts présentés ce soir et demain matin, Les Élémens, symphonie nouvelle [sic] de Rebel. Le Concerto pour trompette de Tomasi, interprété par le soliste suédois Hakan Hardenberger, est aussi au programme.     

Membre fondatrice des Violons du Roy, Nicole Trottier a commencé sa carrière de violoniste professionnelle avec l’OSQ. Ces concerts sont une occasion unique de plonger dans l’univers de l’autre orchestre.   

«Les musiciens de l’OSQ vont se retrouver dans notre monde, lors de l’interprétation de la pièce baroque française Les Élémens [orthographe de l’époque], et nous, nous allons avoir la chance de jouer une œuvre magistrale comme Le Sacre du printemps, qu’on ne peut pas faire, chez nous, parce que nous ne sommes pas assez. C’est une grande joie», a-t-elle lancé.    

Une source de joie   

Le chef Fabien Gabel a entrepris les premières répétitions, mardi matin, en prévision de ces concerts historiques où l’OSQ et Les Violons du Roy seront réunis sur les planches du Grand Théâtre de Québec.
Photo Jean-François Desgagnés

L’idée d’offrir ce concert réunissant les deux grandes institutions musicales de Québec remonte à 2018, lors de l’arrivée du chef Jonathan Cohen à la barre des Violons du Roy.   

«On avait pris le petit-déjeuner ensemble afin de faire connaissance et nous nous étions dit que ça serait peut-être bien de faire quelque chose ensemble un jour», a raconté Fabien Gabel, chef et directeur artistique de l’OSQ.   

N’étant malheureusement pas disponible pour ces concerts, Jonathan Cohen sera remplacé par Mathieu Lussier, un proche collaborateur des Violons du Roy.   

Fabien Gabel dirigera l’imposant groupe de musiciens, bonifié, pour l’occasion, de quelques musiciens additionnels, pour Le Sacre du printemps. Une œuvre qu’il dirigera pour la première fois.   

«C’est excitant. Certains pourraient être terrorisés, mais j’ai hâte de me jeter dans la fosse aux lions», a-t-il fait remarquer.   

Le Sacre, précise-t-il, est une œuvre phénoménale avec une rythmique poussée à l’extrême et des harmonies qui sont très modernes.   

«La pièce a été écrite en 1913 et on n’avait jamais entendu quelque chose de pareil avant. On est galvanisé quand on joue cette musique-là», a ajouté le chef de l’OSQ.   

Un beau symbole  

Les Violons du Roy accueilleront la section des vents et quelques musiciens de la section des cordes de l’OSQ pour l’interprétation, sous la direction de Mathieu Lussier, de la pièce Les Élémens de Rebel. Un défi qu’il qualifie d’emballant.   

«Cette pièce débute avec une représentation musicale du chaos, où toutes les notes sont jouées en même temps pour créer une grosse dissonance. On n’imagine pas que le 18e siècle pouvait produire quelque chose d’aussi fort en matière de modernité. Le chaos s’éclaircit ensuite pour aller vers l’harmonie. C’est une œuvre très originale», a mentionné le musicien, qui a eu son premier engagement professionnel avec l’OSQ.   

Catherine Dallaire a joué avec les Violons du Roy à plusieurs reprises à titre de surnuméraire.   

«On se connaît tous et c’est une grande source de joie de pouvoir jouer ensemble. On fait partie d’un petit milieu et cette collaboration ne peut être que positive pour tout le monde. C’est vraiment excitant», a-t-elle indiqué.   

Chef fondateur des Violons du Roy, Bernard Labadie ressent un sentiment de fierté à quelques heures de cet événement historique.   

«Lorsque les Violons ont été fondés, la moitié des musiciens étaient des membres de l’OSQ. Je trouve que c’est un beau symbole et que c’est très bon pour la santé de la musique à Québec», a-t-il fait savoir.