/news/education
Navigation

Entente «historique» pour la création de l’Université de l’Ontario français

L’entente a été signée par la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly (photo), et les ministres provinciaux Ross Romano, responsable des Collèges et Universités de l’Ontario, et Caroline Mulroney, responsable des Affaires francophones de l’Ontario.
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI L’entente a été signée par la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly (photo), et les ministres provinciaux Ross Romano, responsable des Collèges et Universités de l’Ontario, et Caroline Mulroney, responsable des Affaires francophones de l’Ontario.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Ottawa et Toronto ont signé une entente qualifiée d’«historique», mercredi, relativement à la création et au financement de l’Université de l’Ontario français.  

L’institution d’enseignement, dont la mise sur pied avait dans un premier temps été repoussée à plus tard par le gouvernement du premier ministre conservateur Doug Ford, fait l’objet d’un investissement de 126 millions $ sur huit ans de la part des gouvernements fédéral et ontarien.  

Ottawa va ainsi verser 63 millions $ sur cinq ans pour concrétiser ce projet cher aux quelque 620 000 Franco-Ontariens.  

L’Ontario va ensuite prendre le relais et «verser au minimum une somme identique à compter de 2023-2024», a-t-on précisé, par communiqué.  

Les premières cohortes d’étudiants sont attendues en septembre 2021 dans le centre-ville de Toronto. Deux sites sont prévus, dont un temporaire au cours de deux premières années.  

Peu d’inscriptions sont attendues au départ, mais jusqu’à 1500 étudiants devraient être admis en 2026-2027.  

L’entente a été signée par la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, et les ministres provinciaux Ross Romano, responsable des Collèges et Universités de l’Ontario, et Caroline Mulroney, responsable des Affaires francophones de l’Ontario.  

«C'est un jour historique pour les Franco-Ontariens et les francophones de partout au Canada. Il s’agit d’une mesure sans précédent qui changera la vie de milliers de Canadiens en leur donnant la possibilité de poursuivre leurs études supérieures entièrement en français, ici dans la capitale provinciale, une mesure qui unira les francophones de toutes les régions du pays», a dit la ministre Joly.  

«Notre gouvernement a toujours été déterminé à appuyer l'Université, ainsi qu’à favoriser l'accès à l’éducation et à la formation nécessaires pour que les étudiants francophones de l'Ontario puissent mener des carrières enrichissantes et répondre aux demandes du marché du travail», a indiqué pour sa part le ministre Romano.  

«L'Université de l'Ontario français est un projet important et très attendu, un projet essentiel pour les générations futures de Franco-Ontariens», a ajouté la ministre Mulroney, soulignant que la nouvelle université «est un excellent exemple de l'engagement de notre gouvernement à renforcer la communauté francophone».