/news/provincial
Navigation

L’opposition se défend d’agir par puritanisme

Les sex shops sont interdits aux Promenades Beauport

Jean-François Gosselin, Chef de l’opposition
Photo Stevens LeBlanc Jean-François Gosselin, Chef de l’opposition

Coup d'oeil sur cet article

Les élus de Québec 21, qui viennent d’adopter un règlement pour interdire les sex shops aux Promenades Beauport, se défendent d’être puritains et disent avoir simplement suivi les recommandations des urbanistes.

« On ne se lève pas le matin en se disant : “Ce matin, on va fermer les sex shops à Québec.” Ce n’est pas ça qui est arrivé. C’est une question d’uniformiser la réglementation. Les fonctionnaires nous sont arrivés avec ça. C’est une décision administrative pour avoir un zonage uniforme à travers la ville. Ils nous ont présenté ça et on a accepté », a nuancé le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, mercredi.

Les élus, ultimement, ont le dernier mot et ont pleine compétence pour modifier des règlements de zonage dans les arrondissements. M. Gosselin reconnaît qu’il « aurait pu dire non » aux recommandations des fonctionnaires, mais il plaide lui aussi l’importance d’uniformiser les règles.

Outre les Promenades Beauport, le conseil d’arrondissement a aussi banni tout commerce à caractère érotique (sex shops, bars de danseuses, etc.) sur la rue Cambronne, près de la rue Seigneuriale.

« Dans les deux zones en question, il y a une école secondaire à côté, c’est un peu la norme partout sur le territoire de la Ville de Québec donc d’uniformiser ça, on trouvait que ça avait du sens », a avancé M. Gosselin.

L’enseigne PlanetX a pourtant pignon sur rue dans un édifice voisin des Promenades Beauport. Elle a également des succursales dans deux autres centres commerciaux à Québec.

Les Galeries de la Capitale et Laurier Québec, tout comme les Promenades Beauport, sont eux aussi fréquentés par une clientèle mineure provenant, notamment, d’écoles à proximité.

Gosselin préfère en rire

En marge d’un point de presse, mercredi, Jean-François Gosselin prenait la chose avec un grain de sel, visiblement surpris de certaines réactions négatives.

« Quand j’ai vu la nouvelle, ça m’a fait rire. Il y a d’autres sujets beaucoup plus importants dont on voudrait parler, mais on peut en rire... », a-t-il déclaré.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla