/news/currentevents
Navigation

Drame au Lac-Saint-Jean: les visages de la tragédie

Les huit touristes français étaient des amis, dont certains avaient déjà voyagé ensemble par le passé

Coup d'oeil sur cet article

Les huit touristes français qui prenaient part à l’expédition ayant tourné au drame au Lac-Saint-Jean étaient des copains passionnés de motoneige, dont certains avaient voyagé régulièrement ensemble au fil des deux dernières décennies.   

• À lire aussi: Reprise des recherches sur le lac Saint-Jean pour retrouver les motoneigistes disparus  

• À lire aussi: [VIDÉO] Excursion mortelle en motoneige: le fils d’un des disparus sur le podium de la coupe du monde de biathlon  

• À lire aussi: Excursion mortelle en motoneige: les trois survivants repartent vers la France  

Des témoignages de proches obtenus par Le Journal et des informations issues de plusieurs médias français ont permis de mieux connaître les huit touristes alsaciens et vosgiens impliqués bien malgré eux dans une escapade fatale, mardi soir.   

Le groupe, arrivé au pays dimanche, prenait part à une randonnée de motoneige avec un guide québécois lorsqu’ils ont quitté le sentier balisé pour s’aventurer sur la rivière Grande Décharge, dans laquelle le lac Saint-Jean s’écoule. La mince glace a cédé sous leur poids.   

Benoit Lespérance, 42 ans, qui menait l’expédition, est tombé à l’eau en tentant de secourir ses clients. Rescapé, il a été conduit à l’hôpital, où son décès a malheureusement été constaté. Depuis, cinq motoneigistes français manquent à l’appel. La Sûreté du Québec a confirmé leur identité jeudi.   

Photo AFP

Habitué du Canada  

Le Vosgien Gilles Claude est du lot. L’homme de 58 ans est un habitué des voyages au Canada, selon l’un de ses fils.   

«Ça fait 22 ou 25 ans qu’il y va tous les ans en général», relate Florent Claude, joint par Le Journal en Slovénie, où il prenait part avec son frère à une importante compétition de biathlon.   

En voyage, leur père s’entourait généralement des mêmes groupes d’amis, tous passionnés de motoneige ou de moto. «Ils allaient là-bas vivre leur rêve, une fois par an, jusqu’à cette tragédie», souligne l’athlète professionnel.   

Malgré la douleur et l’incertitude des derniers jours, Florent et Fabien ont pris le départ de la Coupe du monde jeudi.   

«C’est ce que [mon père] aurait voulu, a confié Florent. C’était pour nous une façon de lui rendre hommage et qu’on resterait à tout jamais ensemble.»   

L’émotion est d’autant plus forte que Fabien a remporté son premier podium lors de cette course. Les yeux dans l’eau, il a dédié sa performance à son père.   

L’espoir demeure  

Bien que le temps s’écoule depuis les tristes événements, la famille garde espoir. «Je sais que d’énormes moyens sont déployés pour faire au mieux, a déclaré Florent. On sait qu’il reste un infime, infime espoir. Mais c’est sûr que plus les heures passent...»   

L’espoir demeure aussi pour les proches des autres disparus. Julien Benoît, de Sainte-Croix-aux-Mines, est aussi toujours recherché. 

Sa disparition est d’autant plus crève-cœur pour ses proches, puisque l’homme de 34 ans attendait un enfant au cours des prochains mois, selon deux connaissances avec qui Le Journal a pu s’entretenir.  

Jean-René Dumoulin, 24 ans, de Sainte-Marie-aux-Mines, bien connu dans le monde de la moto tout-terrain, manque aussi à l’appel. 

Le compétiteur aguerri voyageait avec ses amis Yann Thiery, 24 ans, et Arnaud Antoine, 25 ans. Ce dernier attendait aussi un enfant. Le Journal a pu s’entretenir avec un proche du trio, dévasté, qui les a qualifiés de «frères» à ses yeux. 

«Appréciées de tous»  

Au chapitre des bonnes nouvelles se trouvent les rescapés, trois Alsaciens, sains et saufs. Gaston Fassel, un ancien gérant de bar dans la trentaine, est décrit comme sympathique et jovial par plusieurs de ses proches.   

Lui et Bruno Petitdemange, 60 ans, auraient réussi à extirper des eaux leur ami Paul Klein, rapportent plusieurs médias français.   

La commotion est grande dans cette région de France, plusieurs des touristes de cette expédition tragique venant du même petit village.   

«Je suis encore sous le choc. Toute la vallée aussi. C’est des personnes qui sont appréciées de tous», confiait au Journal Paulo Carneiro, qui connaît plusieurs des membres du groupe.   


Les trois rescapés ont été hospitalisés pour des blessures mineures à Alma. Jeudi matin, ils quittaient la région en direction de l’aéroport de Montréal, où ils devaient prendre un vol vers l’Europe.  

UN DÉCÈS CONFIRMÉ  

Benoit Lespérance  

Photo courtoisie
  • 42 ans, de Montréal   
  • Guide de motoneige depuis 20 ans      

LES 3 RESCAPÉS  

Gaston Fassel  

Photo courtoisie
  • Dans la trentaine, de Sainte-Croix-aux-Mines (Alsace)   
  • Travaille en restauration      

Bruno Petitdemange  

Photo courtoisie
  • 60 ans, de Rombach-le-Franc (Alsace)    
  • Ancien champion de trial      

Paul Klein   

  • 43 ans, de Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace)      

LES 5 DISPARUS  

Gilles Claude  

Photo courtoisie
  • 58 ans, de Basse-sur-le-Rupt (Vosges)   
  • Menuisier   
  • Père de Florent, Fabien et Emilien, des biathlètes internationaux      

Jean-René Dumoulin  

Photo courtoisie
  • 24 ans, de Sainte-Marie-aux-Mines (Alsace)   
  • Bien connu dans le domaine de la moto tout-terrain    
  • Débardeur dans une entreprise      

Julien Benoît  

Photo courtoisie
  • 34 ans, de Sainte-Croix-aux-Mines (Alsace)      

Yann Thiery  

Photo courtoisie
  • 24 ans, de Gerbépal (Vosges)   
  • Chauffeur routier      

Arnaud Antoine  

25 ans, de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges)