/news/health
Navigation

Négociation du secteur public: l’APTS-FIQ rejette la première offre du gouvernement

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard
Photo d'archives, Simon Clark La présidente de la FIQ, Nancy Bédard

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Les infirmières et le personnel professionnel et technique de santé et des services sociaux ont rejeté la première offre d'une hausse salariale de 7 % en cinq ans soumise par le gouvernement dans le cadre du renouvellement de leur convention collective.

Les quelque 800 représentants de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) et de l’Alliance personnelle professionnels et technique de la santé et des services sociaux (APTS) ont rejeté «unanimement» l’offre qui leur avait été présentée, ont indiqué les présidentes des deux syndicats jeudi.

«Il n’y a rien sur la table au niveau des conditions et au niveau des conditions salariales c’est à peine présentable ce qu’on a reçu, mais on devait le faire et on l’a fait», a indiqué la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, en mêlée de presse, au départ d’une manifestation qui a rassemblé des centaines de personnes à Québec jeudi.

Un fossé sépare donc toujours Québec et les syndicats des infirmières qui ont réitéré jeudi leur demande d'une hausse salariale de 21,6 % sur trois ans pour ses membres.

«C’est justifié, ce sont des actuaires qui ont calculé ça. Ce qu’on a demandé c’est pour faire en sorte que nos professionnels en soins soient bien payés», a souligné Mme Bédard.

«Ce qu’on souhaite c’est mettre fin à l’appauvrissement de nos travailleuses et travailleurs de la santé des catégories 1 et 4 (le personnel en soins infirmiers et cardio-respiratoires et techniciens et professionnels de la santé et des services sociaux, respectivement). On ne demande pas seulement une hausse salariale, mais un rattrapage», a déclaré son homologue de l’APTS, Andrée Poirier.

Avec des hausses salariales de 7 % en cinq ans, le gouvernement Legault offre moins que l’inflation à la majorité des travailleurs du secteur public, ce qui a provoqué la furie des syndicats au moment de leur présentation en décembre dernier.

L’APTS représente 55 000 professionnels et techniciens de la santé et des services sociaux alors que la FIQ rassemble 76 000 membres infirmières infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques.