/sports/football
Navigation

NFL: légère augmentation du nombre de commotions cérébrales en 2019

NFL: légère augmentation du nombre de commotions cérébrales en 2019
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de commotions cérébrales subies par les joueurs de la NFL en 2019 a légèrement augmenté par rapport à 2018, avec 224 cas contre 214, mais reste loin du chiffre alarmant de 2017, a annoncé jeudi la Ligue nord-américaine de football américain.  

Lors de la saison 2017, pas moins de 281 commotions cérébrales avaient été déplorées, ce qui avait poussé la NFL à mettre en place de nouveaux règlements comme l’interdiction des plaquages avec le casque en avant et la simplification de la procédure de renvoi et d’engagement au pied pour éviter les collisions violentes.  

«Nous devons encore approfondir nos recherches pour voir si les changements de règles opérés ont été efficaces» comme le supposait la chute de commotions enregistrées l’an passé, a déclaré Jeff Miller, vice-président exécutif de la NFL, responsable des questions liées à la santé et la sécurité.  

M. Miller veut examiner si l’interdiction des plaquages avec casque en avant a changé le comportement des joueurs et si oui ou non la suppression des blocages côté aveugle, instaurée cette saison, a contribué à une réduction des blessures.  

Le nombre de commotions cérébrales durant les entraînements en présaison a baissé, passant de 45 en 2018 à 30 en 2019, après que la Ligue a interdit plusieurs exercices à fort impact.  

Mais le nombre de commotions cérébrales subies pendant les matches de pré-saison a lui augmenté. La NFL a constaté qu’elles ont été surtout subies par des joueurs qui n’ont finalement pas été conservés dans l’effectif des équipes.  

L’inexpérience de ces joueurs, de fait exposés à un plus grand risque, mais aussi les commotions cérébrales qu’ils ont subies peuvent expliquer le fait qu’ils n’aient pas été retenus.  

Les matches de la saison actuelle, sans compter le Super Bowl qui opposera Kansas City à San Francisco le 2 février à Miami, ont été arrêtés 19 fois afin de faire passer à un joueur un test de commotion cérébrale. Un record.  

S’agissant des blessures aux membres inférieurs, qui représentent 60 % des dommages physiques en NFL, les ruptures des ligaments du genou ont légèrement décliné, de 132 à 109 pour les latéraux internes, et de 57 à 47 pour les croisés antérieurs.