/news/green
Navigation

Le centre de tri de Saguenay menacé

neige tempete montreal deneigment jean-francois parenteau
Photo Sarah Daoust-Braun Jean-François Parenteau. Responsable

Coup d'oeil sur cet article

Le centre de tri de Saguenay, qui emploie une trentaine de personnes, pourrait fermer d’ici quelques mois.  

• À lire aussi: Aucune solution trouvée pour sauver des centres de tri

• À lire aussi: Centres de tri à Montréal: pas question de mettre plus d’argent, affirme Valérie Plante

• À lire aussi: Quatre centres de tri risquent de fermer

Un porte-parole de la mairesse de Saguenay a tenté de se faire rassurant vendredi, même si la Ville de Montréal avait un discours différent. La crise du recyclage semble donc prendre de l’ampleur à travers la province. 

« En ce qui concerne le centre de tri de Saguenay, les opérations se poursuivent normalement et les employés restent au travail », a précisé Stéphane Bégin, de la Ville de Saguenay.  

Une rencontre est d’ailleurs prévue lundi à Québec avec le ministère de l’Environnement (MELCC) « afin de faire le point et de déterminer la marche à suivre », a ajouté M. Bégin. 

Le contrat de la Ville de Saguenay se termine le 30 avril 2020, avec la possibilité d’une année supplémentaire.  

Rebuts solides canadiens (RSC), la filiale canadienne de groupe TIRU au pays, exploite quatre centres de tri au Québec, dont deux à Montréal.

À court terme

La filiale cessera ses activités « à très court terme », mais on ne sait toujours pas quand, a indiqué la Ville de Montréal vendredi. Rebuts solides canadiens veut délaisser ses activités au Québec. 

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a indiqué qu’il était exclu que la Ville injecte plus d’argent pour sauver ses deux centres de tri situés sur son territoire.  

Au sortir d’une rencontre avec des représentants de Rebuts solides canadiens, du gouvernement du Québec, de la Ville de Montréal et de Recyc-Québec, aucune solution ne semblait avoir été trouvée pour permettre de maintenir les activités de l’entreprise.   

Aucune solution

« Rebuts solides canadiens nous a informés qu’il voulait se retirer de toutes ses activités au Québec. Ils n’ont pas donné de date, mais on parle de très très court terme », a indiqué le responsable du dossier du recyclage de l’administration de la mairesse Valérie Plante, Jean-François Parenteau.   

La compagnie qui gère environ le tiers des matières recyclables du Québec a indiqué « qu’aucune solution n’a été privilégiée pour sortir de la crise ».   

La Ville de Montréal a déboursé 29 M$ en 2018 pour compenser les pertes de Rebuts solides canadiens, en raison du marché mondial du papier qui s’est effondré.   

En 2018, la Chine a fermé son marché au papier mixte, une des matières qui sort le plus des centres de tri québécois. Depuis cet été, l’Inde, un nouvel acheteur, a décidé de faire de même.