/sports/hockey/canadiens
Navigation

«Malheureusement, les partisans du CH devront être patients» - Patrick Roy

«Malheureusement, les partisans du CH devront être patients» - Patrick Roy
Photo d'archives, Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’il a été questionné sur la situation actuelle du Canadien de Montréal, Patrick Roy n’est pas passé par quatre chemins.

Quand il jette un œil à la formation du CH, l’entraîneur-chef des Remparts de Québec comprend la frustration de certains partisans.

«Dans le hockey d’aujourd’hui, c’est difficile de bâtir une équipe par les transactions, a expliqué le légendaire gardien de but, vendredi, à TVA Sports. Elles sont maintenant bâties par le repêchage. Je pense que, malheureusement, les amateurs du Canadien devront être patients et vont devoir espérer que les jeunes se développent.»

Roy remarque un certain manque de mordant chez le CH, qui ne compte pas de joueur étoile dans ses rangs.

«Quand je regarde les matchs du Tricolore, les jeunes ne sont peut-être pas aussi «sexy» que les gens souhaiteraient voir. C’est ce qui doit agacer les amateurs. Les espoirs sont bons, mais on ne voit pas des Nathan MacKinnon, des Mikko Rantanen, des Connor McDavid ou des Auston Matthews porter l’uniforme du Canadien.»

«C’est difficile pour un directeur général comme Marc Bergevin de bâtir une équipe championne qui va accéder à la coupe Stanley si tu n’as pas ce type de joueur là», a-t-il mentionné.

À la défense de Claude Julien

Le nom de Patrick Roy a refait surface il y a quelques semaines à Montréal alors que le Canadien était en chute libre au classement et cumulait les défaites à un rythme inquiétant. Certains voyaient en lui un possible remplaçant au directeur général Marc Bergevin ou à l’entraîneur-chef Claude Julien.

En guise de réponse, Roy a non seulement réitéré son engagement envers les Remparts, mais il a également louangé le travail de Julien à la barre du Tricolore malgré toutes les critiques à son égard.

«Je suis impressionné par le travail de Claude Julien. Il démontre une belle patience. J’adore la manière dont il gère le dossier, avait dit Roy au début décembre, en entrevue à TVA Sports.

«Tu vois qu’il a de l’expérience et qu’il sait où il s’en va. Je lui lève mon chapeau pour le travail qu’il fait présentement», avait ajouté «Casseau».