/world/europe
Navigation

Au moins 20 morts dans un puissant séisme en Turquie

Coup d'oeil sur cet article

Au moins 20 personnes ont été tuées et plus d’un millier blessées dans un séisme de magnitude 6,8 qui a frappé l’est de la Turquie, où des secouristes continuaient samedi de chercher des survivants dans des bâtiments effondrés. 

Au moins trente personnes étaient bloquées dans les décombres à la suite de cette violente secousse survenue vendredi soir dans le district de Sivrice, dans la province d’Elazig. 

Un correspondant de l’AFP sur place a vu une équipe de secouristes évacuer un blessé des débris d’un immeuble de cinq étages qui s’est effondré à Elazig. 

Dans le froid glacial de la rue, certains habitants ont allumé des feux pour se chauffer. 

«C’était effrayant, les meubles nous sont tombés dessus. Nous nous sommes précipités dehors», a déclaré à l’AFP Melahat Can, 47 ans, habitant d’Elazig. «Nous allons passer les prochains jours dans une ferme à l’extérieur de la ville». 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé que «toutes les mesures nécessaires» seraient prises pour venir en aide aux zones frappées par la secousse et qu’il avait dépêché plusieurs ministres sur place. 

«Avec toutes nos institutions, notamment l’AFAD et le Croissant rouge, nous nous tenons aux côtés de notre peuple», a-t-il tweeté. 

Des salles de sports, des écoles et des bibliothèques ont ouvert leurs portes pour accueillir les personnes ayant fui leurs maisons après le séisme, selon les autorités. 

La télévision turque a diffusé des images d’habitants paniqués se ruant à l’extérieur des bâtiments, et d’au moins un immeuble dont le toit était en feu. 

Elle a aussi montré des images de secouristes à la recherche d’éventuels survivants dans les décombres d’un bâtiment. 

«Très effrayant»  

L’AFAD a précisé qu’au moins trente répliques du séisme avaient été enregistrées par la suite et que plus de 400 équipes de secouristes avaient été envoyées sur place. 

Au moins 20 personnes ont trouvé la mort et 1.015 ont été blessées, selon l’AFAD. 

«Nous avons dépêché quatre équipes dans la région», a indiqué à l’AFP Recep Salci, de l’Association turque de recherches et de secours (AKUT). «Nous avons appris que des immeubles se sont effondrés, nous nous préparons à envoyer d’autres équipes si nécessaire». 

Aucune estimation du nombre d’habitants qui se trouvaient à l’intérieur des bâtiments effondrés n’était disponible dans l’immédiat. 

Zekeriya Gunes, 68 ans, a indiqué avoir vu un bâtiment s’écrouler à deux cents mètres de son domicile, sans pouvoir dire s’il était habité. 

«Tout le monde est descendu dans la rue, c’était très puissant, très effrayant», a-t-il dit. 

Le séisme a été ressenti dans plusieurs régions de l’Est de la Turquie, dont Tunceli, a indiqué la chaîne de télévision NTV. 

Les principales compagnies turques de télécommunications ont annoncé qu’elles allaient fournir aux habitants des zones touchées des services de téléphonie et de connexions internet gratuits. 

La Turquie, située dans une des zones sismiques les plus actives du monde, est fréquemment touchée par des tremblements de terre. 

En 1999, un séisme de magnitude 7,4 avait frappé le nord-ouest du pays, faisant plus de 17.000 morts, dont un millier à Istanbul. 

Le dernier puissant séisme à frapper la Turquie (7,1 sur l’échelle de Richter) s’est produit en 2011 dans la province de Van (est), faisant plus de 600 morts. 

En septembre, un séisme de magnitude 5,7 a touché Istanbul, la capitale économique du pays. 

Les experts estiment qu’un tremblement de terre majeur peut à tout moment toucher cette ville de plus de quinze millions d’habitants, où l’habitat, souvent anarchique, n’est que rarement aux normes anti-sismiques.