/news/politics
Navigation

Sol Zanetti témoigne de gestes à glacer le sang au Chili

Sol Zanetti témoigne de gestes à glacer le sang au Chili
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le député solidaire Sol Zanetti se dit choqué par les violations des droits de la personne qu’on lui rapporte au Chili, dont des violences sexuelles à l’endroit de manifestants, au moment où le pays est secoué par d’importants soulèvements populaires.  

«Au Québec, on est très critique à l’endroit des forces de l’ordre pour l’utilisation de balles de plastique [lors des manifestations], et je suis bien d’accord avec ces critiques. Mais ici, c’est bien pire, ce sont des balles de plomb entourées de caoutchouc», a-t-il raconté en entrevue depuis la capitale chilienne, Santiago.   

Il s’y trouve en présence d’une délégation du Québec comptant dans ses rangs des représentants syndicaux, des universitaires et un autre député, le bloquiste Simon-Pierre Savard-Tremblay. Le but: recueillir des informations en vue de la rédaction d’un rapport qui doit être rendu public avant février afin d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation qui a cours dans le pays.   

«Notre but, c’est d’informer la population québécoise et sensibiliser nos politiciens québécois et canadiens à l’importance de dire quelque chose», a lancé le député solidaire.   

Cette mission fait d’ailleurs suite à un autre document «dévastateur» publié en novembre dernier par l’Organisation des Nations Unies (ONU) à propos de la situation au Chili, a souligné Sol Zanetti.   

Mais pour lui, le temps presse. C’est pourquoi il a partagé sur ses réseaux sociaux, au fil des derniers jours, différents témoignages de représentants de la société civile, dont des étudiants, des médecins bénévoles et des manifestants qui lui ont rapporté des actes à glacer le sang de la part des forces de l’ordre.   

«Les policiers demandent aux femmes (surtout) de se dénuder, ils leur font des attouchements aux parties génitales et à l’anus, ils leur demandent de se mettre dans toutes sortes de positions pour pouvoir mieux les regarder et les humilier», a-t-il ainsi écrit sur sa page Facebook, mercredi.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Des manifestants lui ont également fait part de l’utilisation, par certains d’entre eux, de lames de rasoir afin d’extirper de leurs corps les projectiles. Cela afin d’éviter d’avoir à se rendre dans les hôpitaux de crainte de se faire battre par les forces de l’ordre.   

Des associations étudiantes lui ont également fait part des attaques des «Carabineros», les policiers chiliens, à l’endroit des journalistes qui tentent de couvrir les manifestations et qui sont la cible de projectiles.   

Pour Sol Zanetti, il est grand temps que les politiciens québécois ouvrent les yeux sur ce qui se passe présentement dans ce pays d’Amérique du Sud ébranlé par une fronde sociale sans précédent, déclenchée par une hausse du billet de métro à Santiago, annoncée le 18 octobre dernier.   

La crise a été nourrie par la colère de la population face aux profondes inégalités socio-économiques dans un pays où le coût de la vie est semblable à celui du Québec, mais où le salaire médian équivaut à environ 12 000$ canadiens par an, selon Sol Zanetti.