/news/politics
Navigation

Deux télésouffleurs devant lui pour parler en français

Peter MacKay s’est officiellement lancé dans la course au Parti conservateur du Canada

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat qui part favori dans la course à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Peter MacKay, a à peine réussi à prononcer quelques mots en français hier en utilisant deux télésouffleurs sur lesquels il pouvait lire son discours.  

• À lire aussi: Course au leadership du PCC: trop tôt pour parler de couronnement, selon des députés  

• À lire aussi: Un premier député québécois se range derrière Peter MacKay  

«J’ai sera candidate à la chefferie du Parti conservateur [sic]», a déclaré l’ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères du gouvernement Harper, même si ses yeux ne quittaient pas le télésouffleur devant lui, alors qu’il lançait officiellement sa campagne à la direction du Parti conservateur du Canada à Stellarton, en Nouvelle-Écosse, sa province natale.   

Peter MacKay a annoncé sa candidature à la chefferie du Parti conservateur du Canada, hier, avec l’aide de télésouffleurs (encerclés en blanc ici).
Capture d’Écran, TVA Nouvelles
Peter MacKay a annoncé sa candidature à la chefferie du Parti conservateur du Canada, hier, avec l’aide de télésouffleurs (encerclés en blanc ici).

M. MacKay essaiera de succéder à Andrew Scheer, dont la piètre qualité du français lui a nui, surtout lors des débats télévisés francophones durant la plus récente campagne électorale.   

Le niveau de M. MacKay dans la langue de Molière n’a pu être testé par les journalistes, car il n’a répondu à aucune question après son discours «d’une vingtaine de minutes». Ce n’est que partie remise.   

Il a quand même lancé un appel aux Québécois.    

«À mes amis du Québec, a-t-il dit, toujours en lisant le texte défilant devant lui, votre dynamisme économique et culturel m’inspire beaucoup. Je suis ici pour vous parler d’espoir. L’espoir d’élire un gouvernement national qui partage vos valeurs québécoises, qui respecte vos compétences et qui est fier de la place du Québec en tant que nation au sein du Canada.»   

Peter MacKay a été le dernier chef du Parti progressiste-conservateur et a orchestré la fusion en 2003 de la formation politique avec l’Alliance canadienne pour créer l’actuel Parti conservateur du Canada.   

L’homme de 54 ans a représenté la circonscription de Nova-Centre en Nouvelle-Écosse pendant 18 ans avant d’annoncer son retrait de la vie politique, en 2015. Depuis l’annonce de son retour, hier, il accumule déjà plusieurs appuis formels, c’est pourquoi on le dit favori.   

L’inverse ferait scandale  

«De la part de quelqu’un qui a été chef du Parti progressiste-conservateur, qui a été ministre, qui a été député pendant 20 ans et qui avait accès à toutes les ressources qu’offre la Chambre des communes pour accéder à de bonnes connaissances de la seconde langue officielle, on aurait été en droit de s’attendre à mieux», a commenté hier Stéphanie Chouinard, professeure adjointe en science politique au Collège militaire royal du Canada.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Quelqu’un qui n’aurait pas eu l’occasion d’apprendre le français, je peux comprendre. Mais lui [M. MacKay] a eu 17 ans, à Ottawa, pour apprendre le français et il ne l’a pas fait. Alors c’est un gros problème», a renchéri hier soir Gilles Duceppe, ex-chef du Bloc québécois qui a siégé en face de lui au Parlement.   

«Son français est assez pénible à entendre, dit-il. Il est très approximatif, c’est le moins qu’on puisse dire.»   

«On est un pays bilingue. Un chef de parti national doit être capable de s’exprimer dans les deux langues officielles», a pour sa part déclaré hier soir Maxime Bernier, celui qui avait perdu la chefferie conservatrice derrière Andrew Scheer.   

«J’espère que M. MacKay était simplement rouillé, et que d’ici la fin de la course, il va retrouver ses réflexes en français, poursuit-il. Pour l’instant, il ne prouve pas qu’il est parfaitement bilingue. J’ai de la difficulté à comprendre pourquoi certains députés du Québec le soutiennent puisqu’ils se sont tous dit que le prochain chef devrait être bilingue.»   

– Avec Magalie Lapointe, Jérémy Bernier et l’Agence QMI  

Il pourrait s’améliorer  

Peter MacKay pourrait toutefois surprendre, selon un chargé de cours à l’École nationale d'administration publique. «Dans une autre vie, j’ai eu à interagir avec lui, se rappelle Guillaume Lavoie. Je sais qu’il le comprend très bien [le français]. Mais soyons très clairs, il est loin d’être parfait bilingue. Son [français] parlé est hésitant.»    

Sa femme Nazanin Afshin-Jam parle couramment trois langues, selon le journal Toronto Star, soit l’anglais, le français et le persan.   

«Ce n’est pas quelqu’un qui s’exprime facilement et à bâton rompu en français. Il n’a sans doute pas beaucoup d’esprit dans cette langue. Mais c’est quelqu’un qui peut parler en français et qui va peut-être se donner comme mission d’améliorer sa capacité langagière en français», estime Thierry Giasson, directeur du Département de science politique de l’Université Laval.   

 «Dans l’histoire du Canada, je peux vous dire qu’il y a un grand nombre d’années où le pays était dirigé par un premier ministre qui parlait très bien le français», rappelle, M. Lavoie.   

O'Toole, pas mieux  

Mis à part M. MacKay, la députée ontarienne Marilyn Gladu et l’ancien organisateur québécois Richard Décarie ont confirmé qu’ils comptaient être dans la course à la chefferie, tout comme le député de la région de Toronto Erin O'Toole qui l’a annoncé hier via son compte Twitter.    

O'Toole, qui est né à Montréal, parle un français passable, plus acceptable que M. MacKay, mais pire que M. Scheer, selon ceux qui le connaissent.      

  • Les aspirants-chefs ont jusqu’à la fin février pour entrer officiellement dans la course. On a su cette semaine que Jean Charest, Pierre Poilievre et Rona Ambrose passaient leur tour.