/news/currentevents
Navigation

EN PHOTOS: Un autre cas extrême de logement saccagé

Coup d'oeil sur cet article

Après des mois passés à essayer de se débarrasser d’un mauvais locataire, un propriétaire de la ville de Québec a finalement pu retrouver son logement, mais quelle ne fut pas sa surprise en découvrant son état des plus délabrés.   

Dany Girard est toujours sous le choc: le logement qu’il a loué à un homme pendant 4 ans est aujourd’hui inhabitable.     

«On est très surpris. On ne s’attend pas à ça. Il y a l’odeur des excréments aussi; il y a eu deux pitbulls enfermés ici pendant 3 mois» explique M. Girard à la caméra de TVA Nouvelles, dans la cuisine en fouillis.     

On retrouve à plusieurs endroits dans le logement de la vaisselle sale, de vieux objets encombrés, de la nourriture, des mouches.     

Pas de nouvelle depuis septembre   

L’état des lieux donne des indices sur l’occupation du logement qui semble remonter à quelques mois déjà.    

Dany Girard a indiqué qu’il n’a pas eu de nouvelles de son locataire depuis le mois de septembre. Selon lui, ce dernier serait parti il y a quelque temps déjà.     

En regard de la situation, le propriétaire estime qu’il devra débourser près de 50 000$ pour remettre son logement en bon état.    

«Considérant qu’il faudra vider le loyer et les rénovations, on parle de montants qui tournent autour de 40 000 à 50 000$», indique M. Girard.    

On estime que 10 000$ seront nécessaires uniquement pour nettoyer le logement.    

«Après, il faut tout reconstruire. Je n’ai pas le choix de tout changer: les armoires, la cuisine, les comptoirs sont brisés... J’aurai pas le choix de tout arracher, comme le bas des murs qui sont marqués à l’urine de chien» se désole le propriétaire.     

Des délais déraisonnables?   

Dany Girard dénonce les délais et la bureaucratie auxquels se butent les propriétaires de logement aux prises avec des locataires problématiques.     

«Si on pouvait procéder plus rapidement dans le mois considéré, ce serait plus efficace, mais malheureusement on doit attendre les décisions [de la Régie du logement], il faut appeler la SPCA lorsqu’il y a des animaux, retourner chez l’huissier, attendre les procédures données par le palais de justice. C’est très long et onéreux» dénonce-t-il.