/maisonextra
Navigation

Immobilier: prévisions 2020

JLR prévoit qu’avec une demande de propriétés qui devrait ralentir en 2020, la progression des prix et des ventes devrait être moins marquée, mais toujours présente, cette année.
Photo Can Stock Photo / AndreyPopov JLR prévoit qu’avec une demande de propriétés qui devrait ralentir en 2020, la progression des prix et des ventes devrait être moins marquée, mais toujours présente, cette année.

Coup d'oeil sur cet article

Que nous réserve l’année 2020 en matière d’immobilier? Voici les prévisions provinciales de JLR Solutions Foncières.

Selon les prévisions de JLR, la croissance du marché immobilier demeura plus forte à Montréal qu’en région en 2020.
Photo Can Stock Photo / svanhorn
Selon les prévisions de JLR, la croissance du marché immobilier demeura plus forte à Montréal qu’en région en 2020.

La demande 

Pour 2020, la demande devrait augmenter, quoique de manière moins prononcée qu’en 2019. Elle devrait continuer d’être stimulée par le contexte démographique, le cadre réglementaire et les taux d’intérêt. «Par contre, le ralentissement de la création de ménages et la croissance économique, qui devrait être moindre en 2020 qu’en 2019, limiteront les pressions sur le marché immobilier», mentionne Mme Joanie Fontaine, économiste principale chez JLR.  

L’offre 

Mme Fontaine et son équipe estiment que la croissance de l’offre sera plus faible que l’année dernière. L’augmentation du nombre de propriétés non écoulées pourrait, par ailleurs, aider à limiter les pressions haussières sur les prix. «Une hausse importante de la demande pourrait rapidement mettre le marché sous pression», met-elle en garde. Alors que le nombre de nouvelles constructions de copropriétés et de maisons a diminué par rapport à l’année précédente, le secteur locatif devrait bénéficier d’une hausse majeure du nombre de nouvelles mises en chantier. «Cela pourrait aider à minimiser la pénurie de logements qui se traduit en taux d’inoccupation très faibles depuis deux ans», souligne Mme Fontaine. 

Les taux d’intérêt 

Les taux d’intérêt devraient demeurer bas en 2020. «Le ralentissement économique mondial porte à croire que les banques centrales resteront très prudentes avec leur politique monétaire. Ainsi, les bas taux hypothécaires devraient continuer de favoriser l’acquisition de propriétés au Québec», avance Mme Fontaine. 

L’économie 

Comme l’indique Mme Fontaine, un faible taux de chômage est de bon augure pour l’économie, mais elle précise qu’à terme, c’est surtout la création d’emplois qui permet de stimuler la demande en logements. «Pour l’instant, l’économie québécoise continue de bien performer, ce qui favorise un marché du travail en santé. Par contre, le contexte actuel pointe vers un ralentissement de l’économie mondiale et il est possible, en 2020, que le marché de l’emploi du Québec n’affiche pas les excellents résultats qu’on lui a connus en 2019». 

Du positif en 2020 

Enfin, la croissance des ventes et des prix sur le marché des propriétés unifamiliales et des copropriétés devrait être encore au rendez-vous en 2020 dans la province. Mme Fontaine estime toutefois que son ampleur pourrait être moindre qu’en 2019, et ce, surtout dans les régions où les croissances démographiques sont faibles.