/sports/ski
Navigation

Le boss, c’est Mikaël

Le roi des bosses garde son trône à Mont-Tremblant

Ski acrobatique
Photo Martin Chevalier Avec son sens du spectacle, Mikäel Kingsbury a soulevé la foule à l’épreuve des bosses de la Coupe du monde de ski acrobatique à Mont-Tremblant, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

MONT-TREMBLANT | Mikaël Kingsbury a répété son exploit de l’année dernière en remportant avec panache l’épreuve des bosses de la Coupe du monde de ski acrobatique, présentée samedi à Mont-Tremblant. 

• À lire aussi: Une journée à oublier pour Chloé Dufour-Lapointe  

• À lire aussi: Sensations fortes assurées  

Que deux petits dixièmes de point, c’est l’écart qui lui a permis de battre son plus sérieux rival, Ikuma Horishima, classé deuxième. Le Français Benjamin Cavet les a accompagnés sur le podium. 

Ski acrobatique
Photo Martin Chevalier

Le Japonais, auteur d’un fabuleux parcours lors de la super finale qui regroupait les six meilleurs de l’étape précédente, a certes mis beaucoup de pression au favori et héros local lors de sa descente. 

Il était l’avant-dernier à attaquer le tracé avant que Kinsbury ne vienne remettre les pendules à l’heure en baisser de rideau. 

Les rôles sont inversés 

« C’était aussi serré en Chine, mais c’est moi qui étais deuxième derrière lui, a expliqué le vainqueur. Je ne veux pas parler de revanche, mais ça fait quand même du bien de le devancer. » 

Ski acrobatique
Photo Martin Chevalier

Horishima est d’ailleurs le seul, à cette occasion, à avoir battu Kinsgbury depuis le début de la saison. Le Québécois compte maintenant trois victoires en quatre départs. 

« Je devais garder mon calme en haut du parcours, a poursuivi l’athlète de Deux-Montagnes. J’ai bien utilisé l’énergie de la foule, je me suis focalisé sur mon plan et j’ai pu retrancher une demi-seconde à Ikuma. C’est ce qui a fait la différence. » 

Ski acrobatique
Photo Martin Chevalier

Kingsbury dit avoir regardé « de dos » la course de son adversaire, avant de s’élancer, tout en avouant qu’il avait entendu le pointage de 86,60 obtenu par son rival japonais. 

« Il n’a pas fait d’erreur, a-t-il poursuivi, en super finale, comme Benjamin d’ailleurs. C’est pour ça que nous sommes les trois meilleurs au monde. Nous sommes tous capables de rebondir quand ça compte. 

« Mais je commence à être habitué à subir cette pression. À la maison, cette pression monte d’un cran, car je veux toujours bien faire devant mes proches et les amateurs qui viennent m’encourager. » 

Ski acrobatique
Photo Martin Chevalier

Trois fois premier  

Kingsbury, leader au classement de la coupe de monde, a clairement affiché ses intentions en signant le pointage de référence en qualifications. Une position qu’il a maintenue lors des deux parcours suivants. 

« Je n’ai pas eu le meilleur entraînement en matinée, mais j’étais quand même confiant. Je savais avant d’aller me coucher la veille que serait difficile, a-t-il raconté. Les bosses ont durci pendant la nuit, de sorte qu’il était difficile de ralentir sa vitesse à notre première descente de la journée. Tout ça pour dire qu’en entraînement, on faisait tous des erreurs. » 

C’est en super finale qu’il a inscrit sa meilleure note de 86,80, même s’il a reconnu que les conditions de piste auraient pu lui jouer un petit tour. 

Ski acrobatique
Photo Martin Chevalier

« Non, ce n’était pas vraiment évident, surtout en finale où c’était difficile de voir et d’être précis sur les skis. Malgré tout, je n’ai pas paniqué une seule fois. » 

Dufresne 12e  

Gabriel Dufresne est le seul autre Canadien à avoir franchi avec succès l’étape des qualifications, mais son parcours s’est interrompu lors de la deuxième ronde. Il sera classé au 12e rang.  

Ses compatriotes Brenden Kelly (18e), Kerrian Chunland (21e), Robbie Andison (23e), Jordan Kober (28e), Ryan Portello (33e) et Brayden Kuroda (34e) ont vu leur parcours se terminer au terme de leur première descente.  

Les noms des Québécois Laurent Dumais et Elliot Vaillancourt figurent en queue de peloton (48e et 49e rangs respectivement) après avoir chuté en qualifications.