/news/society
Navigation

Une vigile jeudi devant l’Assemblée nationale pour dénoncer les féminicides

Marylène Lévesque, 22 ans, a été tuée dans un hôtel de Sainte-Foy, la semaine dernière.
Photo Agence QMI, Guy Martel Marylène Lévesque, 22 ans, a été tuée dans un hôtel de Sainte-Foy, la semaine dernière.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Une vigile aura lieu, en début de soirée jeudi, devant l’Assemblée nationale afin de dénoncer les meurtres de femmes et demander des mesures pour qu’ils cessent. 

• À lire aussi: La prostitution est de plus en plus dangereuse 

• À lire aussi: Meurtre à Sainte-Foy: «C’est comme faire rentrer un loup dans la bergerie» 

L’événement, baptisé «Vigile contre les féminicides», est organisé par le Regroupement des groupes de femmes de la Capitale-Nationale, une semaine après le meurtre d’une travailleuse du sexe dans un hôtel de Québec. 

«Le 22 janvier, une femme est tuée à Québec. Encore. Elle s'appelait Marylène Lévesque. Le 16 janvier, une femme est tuée par son conjoint à Mascouche. Encore. Elle s'appelait Jaël Cantin. Le 25 décembre, une femme est tuée par son conjoint à Montréal. Encore. Elle s'appelait Astrid Declerck. En 2004, l'homme qui a assassiné Marylène Lévesque a tué sa conjointe. Elle s'appelait Chantale Deschênes», peut-on lire sur la page Facebook annonçant la vigile

Les organisateurs soulignent qu’en date du 6 décembre dernier, «1128 femmes et enfants ont été assassinés par un conjoint ou un ex-conjoint au Québec depuis l’attentat antiféministe de la Polytechnique, il y a 30 ans». «Ce chiffre augmente sans cesse. Ça suffit. Pas une de plus!» 

Jeudi, durant la vigile, il y aura des discours et des témoignages. 

«C’est en brisant le silence, en démontrant notre solidarité, en nous mobilisant et en exigeant du gouvernement des mesures concrètes et urgentes pour lutter contre toutes les formes de violence envers les femmes que nous pourrons faire cesser les féminicides», selon le Regroupement des groupes de femmes de la Capitale-Nationale.