/world/usa
Navigation

Coronavirus: Washington appelle les Américains à éviter de se rendre en Chine

Coronavirus: Washington appelle les Américains à éviter de se rendre en Chine
AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Les États-Unis ont appelé, lundi, les Américains à éviter si possible de se rendre en Chine, en raison de l’épidémie de pneumonie virale qui a déjà fait plus de 80 morts.  

Le département d’État américain a émis un avis aux voyageurs encore plus catégorique pour la province du Hubei, épicentre de la contagion, en leur demandant de ne pas s’y rendre du tout.  

• À lire aussi: Coronavirus: trois cas analysés au Québec 

• À lire aussi: Coronavirus: le fédéral déconseille de voyager dans la région du Hubei 

• À lire aussi: Les pays et territoires touchés par le coronavirus 

Jusqu’ici, Washington recommandait à ses ressortissants de faire preuve de prudence lors de leurs déplacements en Chine. En fin de semaine dernière, le département d’État avait revu ses consignes une première fois depuis l’apparition de ce nouveau coronavirus pour mettre en garde contre ses dangers, mais sans appeler à renoncer aux voyages sur place.  

Les avertissements aux voyageurs de la diplomatie américaine signalent quatre niveaux de recommandations: «prendre des précautions normales», «faire preuve d’une prudence accrue», «éviter si possible de voyager» et «ne pas voyager» dans tel ou tel pays.  

La mise en garde maximale est réservée à une douzaine d’États en guerre, comme la Syrie ou la Libye, ou en rupture avec Washington, comme la Corée du Nord, l’Iran ou le Venezuela.  

Le niveau trois, qui vient d’être appliqué à la Chine, pays le plus peuplé au monde et puissance économique en compétition directe avec les États-Unis, concerne d’ordinaire les territoires fortement instables, comme Haïti, le Pakistan ou le Liban.  

La République démocratique du Congo est inscrite sur cette liste, en raison de l’instabilité, de la criminalité, mais aussi de l’épidémie d’Ebola dans l’est du pays africain. Mais il est très rare que le département d’État appelle à éviter tout un pays uniquement pour des raisons sanitaires.  

La diplomatie américaine souligne n’avoir qu’une capacité réduite à apporter des services d’urgence aux ressortissants américains dans la province du Hubei après l’annonce, dimanche, de l’évacuation du personnel consulaire américain de Wuhan.  

Le département d’État a déclaré lundi avoir «organisé un vol charter pour le personnel du gouvernement américain à Wuhan» qui doit partir mercredi matin, heure chinoise, à destination de Californie, et non mardi comme initialement escompté. «En fonction des places disponibles, des sièges seront proposés à des ressortissants américains» qui ne sont pas employés du gouvernement, a précisé un porte-parole.  

«Tous les voyageurs seront soumis à des contrôles pour vérifier la présence d’éventuels symptômes à l’aéroport avant le départ», a-t-il ajouté.  

En cas de voyage incontournable en Chine, le département d’État exhorte à «éviter tout contact avec des personnes malades», «éviter les animaux», et «les produits d’origine animale comme la viande non cuite».  

Selon les statistiques officielles chinoises, près de 2,5 millions de voyageurs en provenance des États-Unis avaient été enregistrés en 2018 en Chine.  

La même année, il y a eu près de trois millions d’arrivées chinoises aux États-Unis, selon le National Travel and Tourism Office américain. Ils ont dépensé 36,3 milliards de dollars sur le sol américain, mais ce chiffre inclut d’importantes dépenses d’éducation pour les étudiants.