/misc
Navigation

«Hillary» à Sundance: la grenade démocrate?

«Hillary» à Sundance: la grenade démocrate?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le documentaire Hillary était projeté récemment au festival du film de Sundance en Utah. 

Je m’intéresse de très près à la politique américaine depuis très longtemps. J’ai débuté ma carrière en enseignement à la toute fin de la présidence de George H. W. Bush. Ma carrière d’enseignant et mon rôle d’analyste dans les médias ont donc été profondément marqués par l’omniprésence du couple Clinton. 

Non seulement Bill Clinton a-t-il dirigé le pays pendant deux mandats, mais il a su placer ses alliés au sein d’un parti sur lequel il a exercé un très grand contrôle. 

 Constamment aux côtés de son époux, Hillary a joué un rôle au sein de son administration et elle a traversé la pénible épreuve de la procédure de destitution. Une femme forte et intelligente qui a choisi d’appuyer son époux malgré son infidélité et la désastreuse couverture médiatique. 

Le couple Clinton ne vit que pour la politique et personne ne fut étonné quand Hillary est devenue sénatrice, candidate à la présidence une première fois, secrétaire d’État sous Obama et, plus près de nous, candidate à la présidence en 2016. 

De 1992 à aujourd’hui, le power couple n’a donc jamais été bien loin de l’action, tirant au passage les ficelles de bien des campagnes électorales pour des sénateurs et des représentants. Si je reconnais à l’ancienne First Lady de très grandes compétences, une intelligence indéniable et une grande expérience des affaires de l’État, je suis de ceux qui croient qu’elle devrait s’effacer et entraîner Bill avec elle. 

Je n’ai pas eu l’occasion de regarder le documentaire présenté à Sundance, mais à lire les critiques et les analyses de ceux qui ont assisté à la projection, la présence médiatique de Mme Clinton n’augure rien de bon pour les démocrates qui souhaitent regagner la présidence. 

Oui, Hillary Clinton a devancé Donald Trump par plus de trois millions de votes en 2016, mais c’est une figure polarisante. On l’adore ou on la déteste. La campagne 2020 se jouera sur une toute petite fraction de l’électorat et on ne pourra se permettre de faire intervenir une figure qui divise autant. De plus, malgré ses forces indéniables, elle n’est pas bonne en campagne électorale. Échouer contre un inconnu comme Barack Obama en 2008 ou contre Donald Trump en 2016 après avoir peiné à devancer Bernie Sanders, devrait nous en convaincre. 

Dans les commentaires qui émanent de la présentation du documentaire, ce qui me titille le plus c’est qu’Hillary n’en finit plus de digérer sa défaite et de régler ses comptes avec tout le monde. En pleine campagne électorale, c’est nocif. Comme si ces distractions n’étaient pas suffisantes, une candidate marginale comme Tulsi Gabbard se permet un petit coup de publicité en déposant une poursuite contre Clinton. 

Que dit Hillary dans le documentaire? Nous apprenions la semaine dernière qu’elle se vidait le cœur au sujet de Bernie Sanders. Des attaques particulièrement dures dont nous connaissions déjà la teneur. Les ressasser ne fait que braquer les projecteurs une fois de plus sur la division démocrate. Le Parti démocrate favorisait Clinton en 2016 et les partisans de Bernie n’avaient pas tort de le souligner. 

En plus de ramener sur le tapis des pratiques plus ou moins nettes de sa formation politique, Mme Clinton fait de l’ombre au démocrate le plus populaire en 2020: Barack Obama. Le documentaire relate les pressions exercées par l’ancien président sur le candidat à la vice-présidence de Clinton, le sénateur Tim Kaine. 

Au-delà des commentaires négatifs sur des membres de la même formation politique, le documentaire ramène également dans l’actualité les trop nombreuses casseroles que traîne le couple Clinton depuis longtemps. Réels ou présumés, les scandales sexuels ou financiers apportent de l’eau au moulin de la campagne de Trump, qui ne se privera pas de les exploiter une fois de plus. 

Si j’étais un stratège démocrate, je prierais pour que le célèbre couple accepte enfin de s’effacer ou qu’il accepte de se mettre au service des autres. Peut-on vraiment l’espérer de la part de deux bêtes politiques insatiables?  

L’appât du gain et du pouvoir semble trop séduisant pour que Bill et Hillary tournent définitivement la page et que le Parti démocrate relève pleinement les défis du 21e siècle.