/news/politics
Navigation

Manon Massé somme Desjardins et BMO de sortir des hydrocarbures

Periode des questions
Photo d’archives, Simon Clark Manon Massé
Co-porte-parole de Québec solidaire

Coup d'oeil sur cet article

La solidaire Manon Massé somme les patrons de Desjardins, la Banque de Montréal, l’Université McGill et l’Université de Montréal de se désengager des hydrocarbures.  

• À lire aussi: Le prochain patron de la Caisse de dépôt doit sortir des hydrocarbures, estime QS  

Le Mouvement Desjardins ne peut plus se contenter de faire juste un petit peu mieux que les banques canadiennes en matière environnementale, plaide la co-porte-parole de Québec solidaire dans une lettre acheminée vendredi au PDG Guy Cormier.   

«Votre exposition aux énergies fossiles n’a rien de marginal, [...] elle n’a plus sa raison d’être», écrit Manon Massé.   

Elle estime que la coopérative doit emboîter le pas à des fonds d’investissement privés comme BlackRock, qui s’est engagé à se retirer des entreprises tirant une importante source de revenus de la production de charbon.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Conséquences  

Si elle cible également deux établissements universitaires, c’est qu’ils sont déjà le théâtre d’un mouvement d’étudiants et de professeurs qui militent en faveur d’un désengagement du secteur des énergies fossiles.   

«Notre amie Greta Thunberg le dit très clairement, il faut y aller, mais il faut y aller tout le monde ensemble», insiste la chef parlementaire de QS en entrevue.    

Les entreprises ou organisations qui ne suivront pas le mouvement pourraient d’ailleurs en subir les conséquences, estime Manon Massé.   

«Si ces gens-là n’acquiescent pas, [...] il pourrait éventuellement y avoir même des réactions de la population, des gens qui diraient “dans ce cas-là, je me désengage de ta banque, de ton école”», dit-elle.    

L’élue solidaire n’épargne pas le gouvernement Legault, qui doit montrer l’exemple. Elle rappelle que le fonds Capital Mines Hydrocarbures renferme pas moins de 200 millions $. «Il est impensable qu’un seul sou d’argent public serve à développer le secteur qui [est] le premier responsable» de l’urgence climatique, écrite-elle, dans une missive adressée aux ministres Pierre Fitzgibbon et Jonatan Julien.   

Et si la CAQ ne présente pas un plan environnemental qui répond aux attentes des solidaires, «on va brasser la cage», prévient-elle.