/news/currentevents
Navigation

Expédition mortelle: l’enquête du coroner avant le rapatriement des corps

Des analyses doivent être faites sur les dépouilles

Coup d'oeil sur cet article

Les corps des vacanciers français décédés dans un accident de motoneige au Lac-Saint-Jean ne pourront être retournés à leur famille qu’une fois tous les examens nécessaires à l’enquête du coroner complétés, ce qui pourrait prendre un certain temps.  

• À lire aussi: Excursion mortelle au Lac-Saint-Jean: les corps de deux autres motoneigistes repêchés  

• À lire aussi: Drame au Lac-Saint-Jean: les visages de la tragédie  

La liste des décès confirmés s’allonge au sixième jour des recherches visant à retrouver les touristes français dont l’escapade en motoneige a viré au cauchemar, mardi dernier.       

La liste des décès confirmés s’allonge au sixième jour des recherches visant à retrouver les touristes français dont l’escapade en motoneige a viré au cauchemar, mardi dernier. Les autorités ont repêché et identifié à ce jour quatre des six victimes de cette tragédie. Il s’agit de Yann Thiery, 24 ans, Julien Benoit, 34 ans, Gilles Claude, 58 ans, ainsi que le guide du groupe, le montréalais Benoit Lespérance, 42 ans. 

Plusieurs étapes restent toutefois à franchir avant que les dépouilles ne soient remises aux familles. La coroner Jessica Tremblay mène l’enquête visant à déterminer les causes et circonstances des décès. 

« La coroner détermine quels types d’analyses sont à faire », résume la porte-parole du Bureau du coroner, Dominique D’Anjou. Selon nos informations, des autopsies ainsi que des analyses toxicologiques auraient à tout le moins été réclamées dans cette affaire. 

Durée indéterminée 

Difficile de déterminer la durée de ces analyses. Chose certaine, le Bureau du coroner est sensible au fait que la quasi-totalité des victimes est originaire de France.  

« On est capable de le faire rondement. On travaille pour les familles, les proches. Dans le contexte dramatique de la situation, on va y aller promptement, assure Mme D’Anjou. Une fois que tout ce qui est nécessaire à l’investigation est complété, on collabore avec les autorités [pour le rapatriement des corps]. » 

Les recherches se sont poursuivies pour retrouver les corps des touristes français disparus au Lac-Saint-Jean dans un accident de motoneige mardi dernier. On voit ici les autorités à l’œuvre, le 23 janvier.
Photo d’archives, Agence QMI
Les recherches se sont poursuivies pour retrouver les corps des touristes français disparus au Lac-Saint-Jean dans un accident de motoneige mardi dernier. On voit ici les autorités à l’œuvre, le 23 janvier.

Le travail des autorités salué  

En France, le travail « remarquable » des autorités québécoises a été salué par le maire de la commune de Sainte-Croix-aux-Mines, d’où proviennent plusieurs des disparus.  

« On sait que l’impossible a été fait au Canada. Ce n’est pas facile de plonger dans cette eau trouble, froide. Toutes les familles sont au courant des efforts faits pour les retrouver et on ne pourra jamais assez remercier les secours, même si le dénouement est malheureux à la fin », a assuré Jean-Marc Burrus, en entrevue au Journal, lundi. 

C’est d’ailleurs lui qui a eu la lourde tâche de confirmer le décès de Julien Benoit à la famille, dimanche soir. « C’est difficile, ce sont des gens que je connais bien. [...] De plus, sa compagne Marie est enceinte, c’est encore plus difficile », a-t-il confié avec émotion. 

Le maire de Sainte-Croix-aux-Mines se console toutefois avec le fait que la famille et la commune tout entière pourront maintenant entreprendre leur deuil. Il espère aussi que les corps de Jean-René Dumoulin, 24 ans, et Arnaud Antoine, 25 ans, qui manquent toujours à l’appel, seront retrouvés.  

— Avec la collaboration de Pierre-Paul Biron