/investigations
Navigation

Ex-déléguée du Québec à Los Angeles: deux enquêtes administratives ouvertes

Elizabeth Mackay lors des 50 ans de la Délégation du Qué
Photo courtoisie L’ex-déléguée Elizabeth MacKay lors d’une activité à Los Angeles.

Coup d'oeil sur cet article

Deux enquêtes administratives ont été ouvertes sur l’ex-déléguée du Québec à Los Angeles, qui a réussi à fonder et à diriger une entreprise californienne avec son conjoint sans que le gouvernement le sache. 

• À lire aussi: La belle vie à vos frais: apparence de conflit d’intérêts pour l’ex-déléguée du Québec à Los Angeles  

Notre Bureau d’enquête révélait mardi matin qu’Elizabeth MacKay a agi pendant près de huit mois comme directrice financière et cofondatrice d’une entreprise privée tout en continuant à toucher son plein salaire de fonctionnaire. 

La nouvelle entreprise californienne qu’elle a créée avec son mari, Addendum Communication, soulevait des questions d’apparence de conflit d’intérêts avec son travail à la délégation du Québec à Los Angeles. 

Selon nos informations, le Secrétariat aux emplois supérieurs a ainsi décidé de pousser plus loin son investigation dans le dossier de Mme MacKay. 

Selon les règles d’éthique, le fonctionnaire ne peut pas exercer une fonction en dehors de la fonction publique s'il y a un conflit entre l’exercice de cette fonction et celle qu’il accomplit à titre de fonctionnaire. En cas de doute, le fonctionnaire doit demander un avis à son supérieur. À la suite de la révision, il pourrait y avoir des sanctions contre l’ex-déléguée. C’est le cabinet de la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, qui lui a demandé de démissionner de son poste à la suite des questions de notre Bureau d’enquête. 

Beaucoup de vacances 

D’ailleurs, la ministre Girault est «furieuse» de cette situation. Elle a réclamé une enquête sur les vacances accumulées de Mme MacKay. 

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault
Photo d'archives, Simon Clark
La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault

Depuis le mois de novembre dernier, l’ex-déléguée vit à Los Angeles où elle écoule une banque de vacances jusqu’à sa retraite prévue en juin 2020. Après avoir perdu son poste de déléguée du Québec à Los Angeles, elle avait pu continuer à travailler sur la côte californienne comme administratrice d’État à la Délégation. 

«Le ministère aimerait récupérer l’argent des vacances, parce qu’il y a quelque chose qui n’est pas normal», a indiqué une source près du dossier. Selon nos informations, la ministre trouve injustifiable qu’Elizabeth MacKay ne soit jamais partie en congé ou prise de pause durant son mandat. 

Ainsi, elle demande au ministère d’expliquer comment Mme MacKay a pu cumuler près d’un an de vacances depuis 2015. 

«C’est totalement inacceptable, c’est totalement injustifiable», a-t-elle affirmé sur les ondes de RDI. C’est après nos questions que le ministère a appris que l’ex-déléguée du Québec à Los Angeles, Elizabeth MacKay, jouissait d’une telle situation. 

Des informations qui font mal paraître le gouvernement, surtout que Mme MacKay est l’une des fonctionnaires les mieux payées du gouvernement du Québec, avec un salaire annuel de 170 000$. «Comme tous les Québécois, j’en suis certaine, je trouve ça totalement excessif et totalement injustifiable», a indiqué Mme Girault.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.