/misc
Navigation

SOS, candidats!

Coup d'oeil sur cet article

Jean Charest, Gérard Deltell, Rona Ambrose, Pierre Poilievre. Les candidats à la direction du Parti conservateur sont tombés comme des mouches au fil des derniers jours.

Certains évoquent un manque d’enthousiasme, un malaise profond. J’en doute. Le problème touche toutes les grandes formations politiques.

Car si le PCC, le PLQ et le PQ ont une chose en commun, c’est leur difficulté à attirer des personnalités fortes pour briguer leur direction. Il aura fallu des pieds et des mains au PLQ pour trouver, chez Alexandre Cusson, un adversaire à Dominique Anglade. Au PQ, les candidats rivalisent par leur manque de notoriété.

Je ne dénigre pas ces hommes et ces femmes qui osent. Au contraire. C’est plutôt que le courage qu’ils affichent est une espèce en voie de disparition.

La politique, un combat toxique ?

Difficile de reprocher aux Véronique Hivon, Bernard Lord, Denis Coderre, et autres de passer leur tour.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

La politique est devenue un sport de combat où trop souvent la victoire passe par l’humiliation et l’éviscération de son adversaire. Pourquoi un politicien oserait les douloureuses remises en question essentielles pour renouveler son parti, sachant qu’il s’attirera reproches et mépris ? La levée de boucliers contre Alexandre Cusson pour avoir placé l’éthique au cœur de sa campagne au PLQ, en fait foi.

Et parlant de débat toxique, les procès d’intention stériles de la dernière campagne fédérale ont de quoi enlever le goût de faire de la politique à bien des candidats potentiels.

Le pire, c’est que les partis politiques sont les premiers à blâmer. En utilisant la moindre discorde chez leurs adversaires pour marquer des points, en jouant systématiquement la carte de l’indignation, ils ont tous contribué à la détérioration du débat public.

Maintenant que ces partis doivent se réinventer et renouveler leur offre politique, il n’est pas surprenant que personne ne se bouscule aux portes.