/news/politics
Navigation

Adieu la pub à Radio-Canada?

Adieu la pub à Radio-Canada?
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Radio-Canada devrait éliminer graduellement la publicité de toutes ses plateformes et le fédéral devrait obliger les entreprises étrangères comme Netflix à investir dans des productions canadiennes. 

C’est ce que recommande un groupe d’experts mandaté par Ottawa pour le guider dans la modernisation promise des lois sur les télécommunications canadiennes. 

«Nous proposons que le radiodiffuseur public canadien devienne une véritable institution médiatique publique en le délestant des obligations de viser des objectifs commerciaux», écrivent les experts dans leur rapport final déposé mercredi. 

Libérée de ces considérations financières, la société d’État serait plus en mesure de «prendre des risques créatifs», font-ils valoir en énumérant leurs 97 recommandations. 

Or, Radio-Canada rejette l’idée de se priver de revenus publicitaires. «Nous ne souhaitons pas demander 300 millions $ supplémentaires en financement public simplement pour retirer la publicité de nos plateformes», a réagi le porte-parole corporatif de CBC/Radio-Canada, Leon Mar. 

«Nous préférerions de loin investir des ressources supplémentaires dans les émissions et services dont les Canadiens profiteraient», a-t-il ajouté dans une déclaration envoyée par courriel. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Géants du web 

Le panel d’experts presse également Ottawa de mettre au pas les services de diffusion en ligne étrangers comme Netflix, en les forçant à appliquer les taxes de vente. Le gouvernement Trudeau a déjà promis de percevoir la TPS et pourrait bouger sur ce dossier dès le dépôt du prochain budget. 

Le groupe de sages propose par ailleurs que ces entreprises consacrent une partie de leur budget à des productions canadiennes, sans s’avancer sur un pourcentage. On demande aussi à des plateformes comme Facebook de verser des redevances pour le contenu médiatique qu’elles partagent. 

«Ces contributions financières seraient fonction d’un simple pourcentage des revenus tirés de leurs activités au Canada. Le CRTC déterminerait qui doit verser combien, selon la nature de ses activités», écrit-on. 

Sur la question des géants du web, le ministre du Patrimoine Steven Guilbeault s’est montré ouvert aux propositions du rapport, en mêlée de presse mercredi. 

«Nous avons énoncé depuis très longtemps notre intention de faire en sorte qu’il y ait une contribution de l’ensemble des distributeurs au contenu culturel canadien et que ce contenu-là soit mis en valeur. Il a plusieurs recommandations qui vont dans le sens-là», a-t-il dit. 

Le gouvernement Trudeau a promis de déposer un projet de loi pour moderniser les lois sur la radiodiffusion d'ici la fin 2020.