/news/provincial
Navigation

Collecte des ordures: un casse-tête pour des commerçants sur Henri-Bourassa

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants du boulevard Henri-Bourassa, dans le secteur de Charlesbourg, ne savent plus où entreposer leurs ordures qui n’ont pas été ramassées depuis au moins deux semaines.

• À lire aussi: Collecte des ordures: de nouveaux retards dénoncés par l’opposition

Les conteneurs d’ordures et de recyclage de Place Cloutier, située au 8555, boulevard Henri-Bourassa, sont pleins à craquer et les sacs de déchets commencent à s’accumuler tout autour des deux conteneurs.

L’immeuble abrite plusieurs commerces, dont les restaurants TopLa ! et Yuzu Sushi.

«Ça fait trois semaines qu’ils ne sont pas passés, il y a un problème», affirme Pascal Voisine, du restaurant Yuzu.

Le gestionnaire du restaurant a dû se résigner à empiler le recyclage à l’arrière des cuisines, où sont notamment entreposées des caisses de jus.

«Pas super accueillant»

Francis Dufresne, propriétaire de la bannière TopLa !, est bien au fait de la situation pour sa succursale de Charlesbourg.

«Les bacs d’ordures sont sur le long du stationnement, à la vue des clients. Ce n’est pas super accueillant», lance M. Dufresne.

Les responsables de la succursale ne savent plus où entreposer les ordures.

«On ne peut pas garder les poubelles à l’intérieur», poursuit-il.

Les Immeubles Anderson, propriétaires de Place Cloutier, ont fait plusieurs interventions auprès de la Ville, en vain.

«J’ai appelé la Ville, lundi. Ils ont dit que plusieurs camions étaient brisés. Mais il y a deux restaurants dans l’immeuble, on a un problème», indique la responsable Vanessa Potvin.

La Ville lui a mentionné que l’immeuble était placé sur une liste prioritaire.

Bris de camions confirmé

La municipalité a confirmé hier que le problème est lié au bris de camions du sous-traitant Sani-Terre.

Un service préscolaire, voisin de Place Cloutier, est également touché par la situation.

D’autres commerces à proximité qui ont le même type de conteneurs à déchets n’avaient pas ce problème, a constaté Le Journal, mardi.

«S’il y a juste nous qui avons ce problème, je suis sous le choc», laisse tomber Mme Potvin.