/news/society
Navigation

La tuerie de la grande mosquée de Québec, trois ans plus tard: «on a progressé» – Boufeldja Benabdallah

Sébastien Bouchard, Boufeldja Benabdallah et Dave Fortier
Photo Stevens LeBlanc Sébastien Bouchard, Boufeldja Benabdallah et Dave Fortier

Coup d'oeil sur cet article

Trois ans jour pour jour après la tuerie de la grande mosquée de Québec, le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), Boufeldja Benabdallah, affirme que la société québécoise a bien progressé, mais qu’il reste beaucoup de travail à faire collectivement pour améliorer le vivre-ensemble.  

 • À lire aussi: Leaders unis pour la paix   

Le collectif citoyen «29 janvier, je me souviens», en partenariat avec le CCIQ, ont lancé en matinée mercredi les activités de la troisième commémoration de l’attentat qui a fauché la vie de six citoyens de Québec.  

Malgré les efforts, les participants précisent qu’il reste beaucoup de chemin à faire pour favoriser l’inclusion de tous au sein de notre société.  

«Il se fait des choses entre les citoyens. Marcher et avoir un sourire ou des gens qui viennent vous voir pendant que vous prenez un café. Ce n’est pas assez. Il va falloir des programmes pour que le vivre-ensemble soit bien compris à travers de bonnes activités. Le gouvernement doit être positif, il ne doit pas entraîner des actions qui font la fracture de la société», a lancé Boufeldja Benabdallah.  

Des efforts  

Blessé lors de l’attentat en 2017, Ahmed Cheddadi a proposé quelques solutions.  

«On a tous une responsabilité morale et civile pour se rapprocher, pour se parler, pour discuter. La famille, nos proches, nos voisins, nos collègues de travail. Vous allez voir la différence. On veut bâtir un climat sain pour nos enfants», a-t-il ajouté.  

Membre du comité organisateur, Sébastien Bouchard a également dénoncé l’islamophobie, toujours présente au Québec.  

«Le racisme et l’islamophobie, c’est aussi des personnes qui s’appellent Mohammed qui ont un CV qui vaut moins cher que Pierre ou Élisabeth. Tout comme leurs diplômes ou leur capacité d’aller trouver du logement.»  

Une victime de l’attentat du marathon Boston a même fait le voyage pour souligner cette journée spéciale. Au fil des années, des liens se sont tissés.  

«Merci de m’accueillir dans votre famille», a témoigné Dave Fortier.  

En soirée  

L’après-midi sera dédié aux portes ouvertes du CCIQ afin d’échanger autour de toutes les marques et tous les témoignages de solidarité reçus de partout dans le monde.  

La soirée culminera à l’église Saint-Mathieu autour d’un repas communautaire. Les 300 billets gratuits pour le repas ont tous été réservés en moins de 30 heures.  

La maire de Québec, Régis Labeaume, et le premier ministre François Legault, notamment, seront présents.