/news/provincial
Navigation

Nouveau tracé pour le 3e lien: les maires Labeaume et Lehouillier emballés

Le gouvernement a refait ses devoirs et propose un tracé où le 3e lien passe de centre-ville à centre-ville plutôt qu’à l’est, et évite maintenant l’île d’Orléans

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois depuis des lustres, les maires de Québec et Lévis sont au diapason au sujet du troisième lien, enchantés tous les deux par le nouveau tracé privilégié par la CAQ entre les deux centres-villes.   

• À lire aussi: Un troisième lien entre les centres-villes de Québec et de Lévis  

• À lire aussi: Le lien de la réconciliation  

Sceptique depuis des années, Régis Labeaume s’est finalement rallié au gouvernement Legault qui lui a présenté, mardi soir, une nouvelle carte du futur tunnel qui reliera le pôle Desjardins à Lévis au quartier Saint-Roch.        

Le ministre des Transports, François Bonnardel, n’a rien confirmé mercredi, mais la nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans les médias, forçant les maires des deux rives à la commenter.        

«Moi, je pense qu’on a le meilleur des deux mondes. Honnêtement, on est très heureux», a réagi M. Labeaume, estimant que la sortie du tunnel près du pôle d’échanges du tramway dans Saint-Roch rendait son projet de transport collectif encore plus pertinent.        

«Les deux projets ont des intérêts convergents et ça, c’est toute la différence du monde. Ça va augmenter l’achalandage de notre réseau, ça donne un plan cohérent pour la couverture sur les deux rives », s’est-il réjoui. «Le ministre et moi, on a convenu que nous devions travailler rapidement très fort pour accrocher les deux projets.»        

Même s’il se pose lui-même beaucoup de questions par rapport à l’impact de la sortie du tunnel en plein centre-ville, le maire n’entrevoit «pas d’embûches techniques majeures».        

Gilles Lehouillier jubile   

  • Écoutez l'entrevue de Gilles Lehouillier avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:  

 

Voici un aperçu du nouveau tracé proposé par le gouvernement Legault pour le troisième lien entre Québec et Lévis.
Photo courtoisie
Voici un aperçu du nouveau tracé proposé par le gouvernement Legault pour le troisième lien entre Québec et Lévis.

Le maire de Lévis, lui, jubilait littéralement à la sortie de sa rencontre mardi avec le ministre Bonnardel. «C’était une des plus belles rencontres de ma carrière politique», a affirmé Gilles Lehouillier.        

Selon lui, «les détracteurs du projet auront moins d’arguments» à faire valoir, puisqu’on «amènera plus d’usagers au transport en commun». Il s’est dit par ailleurs convaincu qu’un financement d’Ottawa ne tardera pas à arriver.    

Photo Stevens LeBlanc

Le maire de Lévis espère que la nouvelle mouture du troisième lien lui permettra enfin de détendre ses relations avec son homologue de Québec. «Enfin, on va créer de nouveaux liens de centre-ville à centre-ville et de maire à maire. Ce sera une occasion d’être sur la même longueur d’onde», s’est-il félicité.        

Régis Labeaume a toutefois éludé la question d’une éventuelle réconciliation, hier, laissant sous-entendre qu’il n’envisageait pas de rapprochement.        

Le chef de Québec 21 Jean-François Gosselin, qui a toujours milité pour le troisième lien, s’est quant à lui montré moins enthousiaste que le maire de Québec, préférant attendre d’avoir tous les détails «avant d’appuyer à 100 %» le nouveau tracé, bien qu’il se réjouisse que le projet «avance».        

– Avec la collaboration de Taïeb Moalla  

DES RÉACTIONS AU NOUVEAU 3E LIEN  

Photo d'archives, Pascal Huot

«La réalité, c’est que le besoin n’est pas là. [...] Je ne suis pas tellement confondue comme sceptique. [...] Le gros problème... Ça va déboucher en plein dans l’endroit où à l’heure de pointe à Québec, les rues sont jam-pack.»  

– Catherine Dorion, députée solidaire de Taschereau  


  

Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

«C’est un projet du gouvernement provincial. Pour nous, au fédéral, il est clair, je pense, pour tous, que la priorité, c’est le transport en commun. Maintenant, on est à l’écoute. Quand il y aura une demande chiffrée en bonne et due forme de la part du gouvernement Legault, on l’analysera à ce moment-là.»  

– Joël Lightbound, député fédéral de Louis-Hébert  


  

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

«Nous allons analyser ce projet et nous allons ajuster notredéveloppement au besoin. Dans la mesure où ce projet va de l’avant, la localisation actuelle du Salon de jeux est excellente pour la région de Québec. Il serait sage que le gouvernement mette sur la glace sa décision concernant le déménagement.»  

– William Trudel, copropriétaire du centre commercial Fleur de Lys.  


  

Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

«On commence à avoir quelque chose d’intéressant et d’important pour les futurs usagers. Ça veut dire que Lévis aurait tout avantage à mieux développer son transport en commun et à maximiser le développement de Guillaume-Couture.»  

– Étienne Grandmont, directeur général chez Accès transports viables  


  

Photo courtoisie

«Tant que tu donnes un avantage à la voiture, c’est très difficile de faire basculer les gens vers un autre mode de déplacement. Si on veut réduire la congestion, la dépendance à l’auto et les gaz à effets de serre, ce projet est une fausse bonne idée.»  

– Jean Dubé, économiste et professeur à l’Université Laval  


  

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

«Il faut féliciter nos élus pour avoir retenu en gros la proposition du groupe GIRAM sur le troisième lien, notamment portée par le géographe environnementaliste Gaston Cadrin et le politologue Pierre-Paul Sénéchal, ex-membre du Conseil exécutif. Tout cela bénévolement.»  

– Michel Lessard, historien  


  

Photo d'archives, Didier Debusschère

«C’est un projet qui est beaucoup plus viable que l’autre. C’est le jour et la nuit. L’autre projet avait beaucoup de risques de dépasser les coûts. Dans celui-là, les conditions du sol sont beaucoup plus faciles. Il y a moins de chances d’avoir de mauvaises surprises.»  

– Bruno Massicotte, professeur à Polytechnique Montréal et auteur du rapport de 2016 sur le troisième lien  


  

Photo d'archives, Simon Clark

«Le gouvernement de la CAQ est en gestion de son tunnel électoral. [...] Une question fondamentale, c’est celle des coûts. Je ne peux pas croire qu’on hésite encore à donner aux Québécois cette information importante.»   

– Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois