/news/politics
Navigation

Réforme de l’IVAC: LeBel est ouverte à revoir la définition de victime

Réforme de l’IVAC: LeBel est ouverte à revoir la définition de victime
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – La ministre de la Justice, Sonia LeBel, se dit ouverte à revoir les critères d’admissibilité du programme d’indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC) dans le cadre d’une réforme qu’elle prépare actuellement.  

«Toutes provinces combinées, le Québec est la province qui indemnise le plus. Encore faut-il que ce soit fait correctement, adéquatement et pour les bons besoins. Donc, on est en train de revoir tout ça et on devrait être capable de vous présenter quelque chose bientôt», a-t-elle déclaré, mercredi, lors d’une mêlée de presse en ce troisième anniversaire de l’attentat de la grande mosquée de Québec.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 Elle donne en exemple le fait que la Loi sur l’indemnisation des victimes d’actes criminels prévoit que seules les «victimes directes» sont considérées alors que d’autres personnes peuvent subir les impacts d'un crime de différentes façons.   

«L’objectif d’un régime d’indemnisation, c’est d’aider les victimes à passer au travers de la période la plus difficile, que ce soit le trauma psychologique ou physique. Pour ce faire, il faut intervenir de la façon la plus rapide possible pour que ce trauma-là ne se cristallise pas», a-t-elle expliqué.