/misc
Navigation

Trump vs Nixon: si seulement Nixon avait pu...

Trump vs Nixon: si seulement Nixon avait pu...
Photos AFP

Coup d'oeil sur cet article

Pour un historien ou un constitutionnaliste, la période actuelle est faste.  

Pour bien comprendre toutes les particularités du procès en destitution de Donald Trump, on ne peut éviter un retour dans le temps ou une relecture de la constitution américaine et de ses interprétations.       

Alors que la partisannerie a rarement été aussi évidente, il est important de rappeler que les historiens et les constitutionnalistes sont quasi unanimes à appuyer la procédure contre l’actuel président, tout comme ils s’entendent presque tous sur les intentions des Pères fondateurs qui ont intégré la dite procédure. 

  • ÉCOUTEZ la chronique de Luc Laliberté à l'émission Politiquement incorrect sur QUB Radio :

Si la procédure a été pensée pour écarter des présidents comme Donald Trump, le jeu des comparaisons avec ses prédécesseurs qui ont été soumis au même processus est tout aussi pertinent. Les contextes des procès précédents étaient bien différents et il n’est pas faux de prétendre qu’ils ont une influence sur l’issue du procès.        

Dans un article publié mardi, James Hohmann (historien de formation) et Mariana Alfaro comparait la procédure enclenchée sous Richard Nixon à celle que traverse actuellement le président Trump. Le point de départ de leur réflexion se trouve dans les déclarations de l’avocat du président, Kenneth Starr.        

L’ancien procureur qui a mené la charge contre Bill Clinton en 1998-1999 prétendait lundi que le comportement de Nixon, contrairement à ce qu’a fait Trump, était criminel. Il avançait pour preuve la quasi unanimité des représentants du congrès (410 contre 4) qui appuyait alors l’ouverture de l’enquête. Starr a fait valoir qu’aucun républicain n’a appuyé le déclenchement de l’enquête cette fois-ci.       

Non seulement le raisonnement de Starr est simpliste, mais il omet de rappeler l’ensemble des faits et le contexte dans lequel s’est effectuée la procédure. Je précise au passage que Starr a démontré dans les derniers jours qu’il avait une mémoire sélective et que ses principes variaient aussi avec le temps. Ce qui constituait des motifs graves pour Clinton ne devrait pas être considéré en 2020 quand les sénateurs se prononceront sur le sort de Donald Trump.       

Outre la volte-face de Starr, que devrait-on prendre en considération lorsqu’on compare le cas de Nixon à celui de Trump? Tout d’abord, si les deux administrations ne pêchent pas par excès de transparence, de collaboration et d’honnêteté, ce qu’on reproche à Donald Trump est plus grave que ce dont on allait accuser Nixon.        

Tricky Dick (un surnom évocateur) tentait d’obtenir illégalement des informations sur le parti adverse alors que Donald Trump utilisait des sommes allouées par le congrès pour marchander auprès d’un gouvernement étranger des informations compromettantes sur un éventuel rival politique. Il agissait ainsi au détriment de la sécurité de l’Ukraine et des intérêts stratégiques de son pays.       

Si Donald Trump conserve son poste alors que Nixon a quitté dans la honte, c’est en raison d’autres éléments de contexte. Hohmann et Alfaro rappellent dans leur texte que Richard Nixon avait à maintes mentionné à ses conseillers qu’il serait nécessaire de procéder à un changement de culture au sein de l’élite à Washington. Il avait en tête l’élite médiatique.        

Si Donald Trump peut maintenir ses appuis, c’est que ce changement a eu lieu et que l’actuel président peut compter sur Fox News. Si la polarisation affecte le jeu politique, nous savons aussi qu’elle s’étend aux médias.        

Jamais cependant, une chaîne a-t-elle à ce point été utilisée pour relayer la propagande d’un homme ou d’une femme politique. Dois-je rappeler qu'une vedette du réseau comme Sean Hannity s'autorise à se présenter sur scène avec le président lors d’un rassemblement partisan? On ne se soucie même plus de préserver les apparences. Roger Aisle, fondateur de Fox News, était d’ailleurs un conseiller de Nixon.       

Au-delà de cette formidable machine qu’est Fox News, Donald Trump peut également compter sur un bien meilleur contexte économique que Nixon. Bill Clinton avait déjà tiré parti de cette situation avantageuse lors de sa propre procédure.       

Si Trump peut compter sur un réseau et une situation économique qui pourrait lui valoir une réélection, il peut aussi s’appuyer sur la loyauté des sénateurs républicains. Minoritaires en 1974, les républicains de l’époque se seraient fort probablement montrés moins partisans que leurs successeurs de 2020. À la loyauté des sénateurs de sa formation politique, Donald Trump peut ajouter celle de son chef de cabinet. Mick Mulvaney applique à la lettre les volontés de son patron alors qu’Alexander Haig a opéré efficacement la transition de Nixon à Ford. Son rôle, joué dans l’ombre, fut crucial.       

Vous vous souvenez probablement que ce qui avait définitivement coulé la présidence de Richard Nixon en 1974 était l’existence des fameux enregistrements, les « Nixon tapes ». Jusqu’à maintenant, Donald Trump était confronté à des témoignages, mais il n’y avait pas d’enregistrements gênants, comme ce fut le cas pour Nixon. C’était jusqu’à la semaine dernière, au moment ou un ancien associé de Rudy Giuliani produisait des vidéos dans lesquelles on peut entendre Trump.       

L’effet des vidéos de Lev Parnas et Igor Fruman ne sera pas aussi dévastateur que celui des enregistrements du président Nixon. Tout au plus, ces vidéos entraîneront de nouveaux témoignages devant le sénat, un scénario que les stratèges républicains auraient aimé éviter. Donald Trump demeurera donc en poste, mais avant de le comparer avantageusement à Richard Nixon, on devrait se garder une certaine gêne et étudier l’histoire américaine.       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.