/sports/hockey/remparts
Navigation

Une victoire et trois buts refusés pour les Remparts

Coup d'oeil sur cet article

Patrick Roy parlait d’un match de «quatre points» avant la rencontre face aux Sea Dogs de Saint John. Sans être parfaits, ses joueurs ont compris l’importance de l’enjeu et les Remparts ont signé une importante victoire de 4-1, mercredi soir, au Centre Vidéotron, se rapprochant à deux points de la formation du Nouveau-Brunswick.  

• À lire aussi: Patrick Roy a ses idées pour la refonte du calendrier de la LHJMQ  

En fait, les Diables rouges ont secoué les cordages à sept reprises au cours de la soirée, mais trois buts refusés à leur endroit, dont deux pour hors-jeu, ont donné des cheveux gris à l’entraîneur-chef et directeur général de la formation québécoise.  

Photo Pascal Huot

«Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un superviseur aussi occupé que ma quatrième ligne [...] Sur le premier but refusé, il ne l’a pas vu rentrer et le superviseur ne savait pas s’il avait l’intention de siffler. Puis, le positionnement de l’officiel n’était pas très bon sur la séquence. Au lieu d’être derrière le filet, il était dans l’enclave, c’est gênant un peu. C’est plus moi qui avais de la misère à gérer tout ça. Ce sont mes joueurs m’ont ramené à l’ordre», pointait Roy en point de presse.  

Il a ensuite poussé sa réflexion sans même qu’une autre question lui soit posée.    

«On dirait qu’il y a beaucoup de décisions qui sont contre nous. Je ne sais pas si la ligue a quelque chose contre nous, mais il y a beaucoup de décisions qui jouent contre nous. Est-ce le fait que c’est au Centre Vidéotron? Ils veulent impressionner? Je ne sais pas c’est quoi», se questionnait le «33» à voix haute.  

Photo Pascal Huot

Côté-Cazenave se signale  

N’empêche que les Remparts, avec ce 20e gain en 49 sorties, soufflent désormais dans le cou des Sea Dogs qui sont installés au septième rang de la Conférence de l’Est. Les deux équipes seront en action vendredi soir, les Remparts accueillant les Tigres de Victoriaville.    

Anthony Gagnon, Pierrick Dubé, Jacob Melanson et Nathan Gaucher, dans un filet désert, ont trompé la vigilance du portier des Sea Dogs qui a été bombardé de 42 rondelles. Arrivés à Québec à 2 h du matin, les Sea Dogs avaient semblé avoir laissé leurs jambes dans l’autocar. Et dans leurs bons moments, Tristan Côté-Cazenave a fermé la porte.  

Photo Pascal Huot

«C’était un match important, on ne voulait pas le laisser passer. On avait pris les devants 2-0 à Rimouski [avant de perdre 4-2] et c’était frustrant. Cette victoire fait du bien. C’est une semaine où on peut aller chercher beaucoup de points», a soutenu le portier de 20 ans qui a stoppé 29 tirs.  

«On a eu des bons moments et des moins bons. Dans l’ensemble, on contrôlait bien le match [...] On a donné trop de chances défensivement et Tristan a été très, très bon, surtout en deuxième où ça aurait pu les ramener dans le match», a renchéri Roy.  

Photo Pascal Huot

Dans l’autre camp, le Beauceron Joshua Roy, qui chaussait les patins pour la première fois non loin de la maison, a avoué que la nervosité a dérangé ses jeunes coéquipiers  

«J’étais nerveux un peu au début alors que j’avais des amis et de la famille dans les estrades, mais j’essayais de me concentrer sur le match. On est sortis soft et on a commencé à travailler en troisième période. Il y avait un stress avec les fans, ça a pu être un facteur [pour le mauvais départ]», a répondu l’attaquant originaire de Saint-Georges.     

Photo Pascal Huot

En vitesse  

À l’invitation de l’annonceur maison, les spectateurs ont observé un moment de silence avant la rencontre en mémoire du légendaire basketteur Kobe Bryant, décédé dimanche dans un écrasement d’hélicoptère...   

Blessés, les défenseurs Dylan Schives (dos) et Gabriel Belley-Pelletier (commotion) manquaient à l’appel chez les Remparts alors que les avants Yu Sato et William Champagne avaient été rayés de l’alignement...   

Le recruteur en chef de Hockey Canada, Brad McEwen, faisait partie des nombreux invités sur la galerie de presse pour cette rencontre... 

1
4
Première période
1-Qué: Anthony Gagnon (21) (Malatesta, Rochette) AN-19:44
Punitions: Gould (SNB) 8:50, Malatesta (Qué) 14:35, Deakin-Poot (SNB) 18:58.
Deuxième période
2-Qué: Pierrick Dubé (13) (Montreuil, Sergeev) AN-17:08
Punitions: Durocher (SNB) 1:20, Burns (SNB) 10:51, Rodzinski (Qué) 14:01, banc (SNB) (purgée par Burns) 16:25, Caron (Qué) 18:05.
Troisième période
3-Qué: Jacob Melanson (2) (Kielb, Montreuil) 3:10 4-SNB: Dawson Stairs (16) (Spadafore, DesRoches) 8:55 5-Qué: Nathan Gaucher (10) (Dubé, Holmes) 19:10
Punitions: Deakin-Poot (SNB) 15:56, Dubé (Qué) 16:59.
Tirs au but
Saint John 10 - 11 - 9 - 30 Québec 13 - 17 - 12 - 42
Gardiens:
SNB: Noah Patenaude (P, 7-4-1) Qué: Tristan Côté-Cazenave (G, 13-18-5)
Avantages numériques:
SNB: 0 en 4, Qué: 2 en 6
Arbitres:
Mathieu Menniti, Marc-Olivier Phaneuf
Juges de lignes:
Guillaume Brunelle, Jean-Philippe Michaud
ASSISTANCE:
6 491

Roy veut plus de programmes doubles 

S’il n’en tenait qu’à lui à la prochaine assemblée des membres de la LHJMQ, Patrick Roy augmenterait le nombre de programmes doubles au calendrier et réduirait les affrontements entre les équipes les plus éloignées géographiquement.   

Invité avant le match de mercredi à commenter la réduction potentielle du calendrier, qui sera débattue le 20 février prochain dans un hôtel de Dorval lors de la réunion des propriétaires des 18 franchises, le grand patron des opérations hockey des Remparts a mis son grain de sel. 

Le collègue Mikaël Lalancette révélait plus tôt cette semaine que le comité chargé d’étudier les répercussions d’une réduction du nombre de parties était prêt à déposer son rapport. Depuis 2008, toutes les équipes disputent 68 rencontres. 

« Pour moi, il faut plus de programmes doubles. J’ai adoré jouer deux matchs [en deux jours] à Gatineau et à Rouyn-Noranda. C’est plus facile pour le voyagement. C’est les kilomètres qui tuent, pas d’aller loin », mentionnait Roy, sans s’avancer sur un allégement en termes de rencontres, aux représentants des quotidiens de Québec. 

S’inspirer de l’Ouest 

Roy s’est toutefois montré favorable à ce que la LHJMQ s’inspire de sa consœur de l’Ouest (WHL) quand on lui a fait remarquer que certaines formations de ce circuit ne s’affrontent qu’une fois en saison régulière. 

« Pourquoi Rouyn-Noranda devrait obligatoirement se rendre au Cap-Breton chaque année et vice-versa ? Ça pourrait être une visite aux deux ans. Je ne veux pas perdre les matchs de proximité », a lâché Roy en faisant référence aux duels contre Victoriaville, Shawinigan et Drummondville, toutes des villes situées à environ une heure et demie en voiture de la Vieille Capitale.   

Un autre élément titille l’ancien gardien de but étoile. « Pour moi, les matchs du samedi soir, on laisse ça à la Ligue nationale. Les matchs du week-end se joueraient tous en après-midi. » 

Gatineau, Drummondville et Rouyn-Noranda sont les seuls marchés du Québec à tenir des programmes en soirée les samedis alors que l’ensemble des équipes des Maritimes préfèrent sauter sur la glace quand le soleil est couché.