/news/currentevents
Navigation

Drame au Lac-Saint-Jean: que risquent les plongeurs durant une opération?

Coup d'oeil sur cet article

Les opérations de plongée de longue durée de la Sûreté du Québec (SQ) ne sont pas communes, mais elles existent. Certaines d’entre elles peuvent même s’étirer sur plusieurs semaines voire un mois, à l’occasion. 

• À lire aussi: Deux corps introuvables: le froid complique les recherches au Lac-Saint-Jean

Rien pour aider à la cause, l’opération encours au Lac-Saint-Jean pour retrouver les motoneigistes est confrontée aux conditions météorologiques assez froides. 

«Tout ce qui est électronique, avec le froid c’est très difficile. Étant donné que l’eau est très conductrice de froid, quand le plongeur est gelé à 4 degrés et qu’il sort quand il fait – 20 degrés, ce n’est rien pour le réchauffer, explique Yves Michaud, plongeur retraité de la SQ. Alors il faut s’occuper de lui. On lutte contre le froid constamment.» 

Normalement, les plongeurs effectuent une rotation de plongée environ toutes les heures, explique-t-il. Dans le cas des opérations du côté du Lac-Saint-Jean, c’est plutôt le froid qui va ralentir les opérations, selon lui. Jumelé à l’épuisement, le risque d’accident de plongée augmente, résume l’expert. 

«Même si on n’est pas si creux, le différentiel de pression est plus grand [de la marque des] 30 pieds à la surface. Les gars doivent se reposer à un moment donné», dit-il. 

L’élargissement des zones de recherches des derniers jours est dû à plusieurs facteurs, notamment les possibilités de déplacement des corps avec la force du courant. 

«Un corps, normalement, il y a deux choix: il va caler ou il va flotter, en fonction de sa morphologie ou de l’équipement», précise l’expert. 

À mesure que les jours filent, le périmètre de recherches ne cesse de s’élargir en raison du déplacement des corps. Une situation qui rend les opérations plus difficiles et qui pourraient compromettre les recherches. 

«Malheureusement, ils n’auront pas le choix à un moment donné de mettre fin aux recherches. On doit abandonner et reprendre au printemps.» 

Sauf que pour les familles endeuillées, les plongeurs sont souvent leur dernier recours.