/entertainment/stage
Navigation

«.ES – chapitre 1 – soi»: une œuvre de jeunesse pleine de potentiel

«.ES – chapitre 1 – soi»: une œuvre de jeunesse pleine de potentiel
Photo Vincent Champoux

Coup d'oeil sur cet article

Le théâtre documentaire est une tendance qui est de plus en plus présente. La pièce .ES – chapitre 1 – soi explore ce genre à travers la création d’un spectacle sur les femmes et le pouvoir.  

À l’affiche à Premier Acte, jusqu’au 8 février, cette création du collectif Les Reines aborde différentes thématiques liées au féminisme.   

Le «.ES» du titre fait référence à l’emploi de l’écriture inclusive dans la langue française. Un titre qui rejette la règle de grammaire selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin.       

Sur scène, elles sont cinq. Maude Boutin St-Pierre, Rosalie Cournoyer, Noémie F. Savoie, Natalie Fontalvo et Marie-Ève Lussier.   

«.ES – chapitre 1 – soi»: une œuvre de jeunesse pleine de potentiel
Photo Vincent Champoux

Elles se sont connues au conservatoire d’art dramatique de Québec et elles ont eu envie, un jour, de créer un spectacle ensemble.   

Elles racontent, de façon théâtrale, les différentes étapes de création de ce projet, qui s’est construit durant trois ans, avec des séances de travail, mais parlent aussi de leurs questionnements, du développement du projet, des embûches rencontrées, tout en s’exprimant sur le féminisme et le pouvoir.   

On expose les difficultés vécues lorsqu’il est venu le temps de choisir le nom du collectif. On les retrouve aussi autour d’une série de tables, dans un décor minimaliste, en train de décorer des «cupcakes».    

«.ES – chapitre 1 – soi»: une œuvre de jeunesse pleine de potentiel
Photo Vincent Champoux

.ES – chapitre 1 – soi est un long spectacle qui, incluant un entracte, dure trois heures. Une pause qui se pointera 2h15 après le début de la représentation. La bouchée est grosse et l’objet théâtral mériterait d’être resserré.   

Les formes utilisées sont multiples et on retrouve plusieurs bons moments dans cette proposition. Il y a de la performance, du jeu physique, quelques beaux effets d’éclairage et de beaux moments de vérité et de fragilité.   

Surtout lors d’un segment, puissant et poignant, où les comédiennes viennent, à tour de rôle, s’exprimer sur le phénomène du #MoiAussi. Est-ce que ces histoires sont vraies? Est-ce qu’elles ont été inventées? On ne sait pas, sauf qu’elles sont livrées avec émotion. Ce moment est le point fort de cette pièce.    

«.ES – chapitre 1 – soi»: une œuvre de jeunesse pleine de potentiel
Photo Vincent Champoux

Les cinq comédiennes, appuyées par la «facilitatrice à la création et interprète» Claudelle Houde Labrecque, gravitent habilement entre le côté naturel et le côté jeu.    

L’objet théâtral s’essouffle un peu en fin de parcours. La forme change complètement au retour de l’entracte. On sent une belle idée, lorsque le public est invité à aller rejoindre les comédiennes sur scène, mais le tout est déstabilisant, surtout pour le spectateur de nature plus passive.    

.ES – chapitre 1 – soi est le premier spectacle de ce collectif féminin. Une œuvre de jeunesse imparfaite, avec ses qualités et ses défauts, mais où l’on sent beaucoup de potentiel pour la suite des choses.