/news/society
Navigation

Grève au CN: les syndiqués votent pour leur nouveau contrat de travail

Coup d'oeil sur cet article

Les employés du Canadien National (CN) membres du syndicat des Teamsters ont voté, vendredi, à 91,3% pour l’entente de principe conclue en novembre dernier après une grève de huit jours.  

Ainsi, les 3000 chefs, agents de train et membres d’équipage du CN ont accepté l’offre qui deviendra leur nouveau contrat de travail de trois ans.  

Le nouveau contrat de travail porte essentiellement sur la sécurité, notamment en ce qui concerne la fatigue des équipages et les heures de travail. Ces questions étaient au cœur du litige entre le CN et les travailleurs.  

«Nous n'avons pas obtenu tout ce que nous voulions, mais nous avons tout de même réussi à conclure un accord équitable qui permet aux trains de continuer à rouler tout en améliorant la sécurité ferroviaire», a déclaré le président de Teamsters Canada, François Laporte.  

«Nous avons réussi à faire en sorte que le CN adapte certaines de ses pratiques dans l'intérêt de la sécurité. Mais le problème central de la fatigue dans l'industrie ferroviaire ne peut être résolu que par des réglementations gouvernementales. Le problème de la fatigue est encore loin d'être résolu», a pour sa part déploré le président de la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada, Lyndon Isaak.  

La nouvelle convention collective, qui prendra fin le 22 juillet 2022, prévoit également des augmentations de salaire sur trois ans, de 2,5%, de 2,5% puis de 3%, avec effet rétroactif au 23 juillet 2019.  

Les travailleurs syndiqués recevront également une prime de 1000$ pour la ratification du contrat.