/investigations
Navigation

Ces Québécois qui «brillent» à l’étranger

Elizabeth Mackay lors des 50 ans de la Délégation du Qué
Photo tirée de Facebook Le ministère a appris le double emploi de l’ex-déléguée du Québec à Los Angeles, Elizabeth MacKay, lorsque notre Bureau d’enquête l’a contacté.

Coup d'oeil sur cet article

Ceci n’est pas une chronique pour souligner les Québécois qui nous font vraiment honneur sur la scène internationale. Des gens comme Laurent Duvernay-Tardif, qui s’apprête à disputer le Super Bowl, ou le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin, ou encore Joanne Liu, qui était jusqu’à récemment présidente de Médecins sans frontières.

Non, il s’agit plutôt d’une chronique qui met en vedette des Québécois qui se sont distingués à l’étranger pour leur utilisation discutable de l’argent des contribuables.

Prenez l’ex-déléguée du Québec à Los Angeles, Elizabeth MacKay. Cette ancienne employée dans des cabinets ministériels libéraux a été envoyée sous le chaud soleil de la Californie en 2015 par le gouvernement de Philippe Couillard.

Un boulot pour lequel elle était grassement payée (170 000 $ par année). Même lorsqu’elle a perdu son poste de déléguée, l’été dernier, elle a conservé ce salaire et obtenu un autre poste gouvernemental sur la côte californienne.

Démission après nos appels

Sauf que notre journaliste Nicolas Lachance a découvert que Mme MacKay a réussi à fonder et à diriger, en parallèle, une entreprise de traduction qui offre aussi des services de conseils aux firmes américaines qui souhaitent étendre leurs activités au Québec.

Comment a-t-elle pu concilier des fonctions de directrice financière d’une entreprise privée avec un emploi de haut fonctionnaire à temps plein ? Le gouvernement du Québec n’en a aucune idée, parce qu’il a appris le double emploi de Mme MacKay... lorsqu’il a été questionné par notre journaliste !

Elizabeth MacKay a rapidement démissionné de son poste dans l’entreprise privée après les appels de notre Bureau d’enquête. Elle ne travaille également plus pour l’État québécois. Mais ne vous inquiétez pas pour elle. Québec continuera de la payer jusqu’au 11 juin 2020. Elle avait sept mois de vacances accumulées, voyez-vous...

Loin des regards

Au cours des dernières années, notre Bureau d’enquête a répertorié plusieurs cas où votre argent a été dépensé de façon douteuse à l’étranger, bien loin des bancs de neige gris de Longueuil et des vents froids du boulevard René-Lévesque dans la Vieille Capitale.

Qu’il soit dépensé à proximité de l’Arc de Triomphe, sous le soleil de la Californie ou à Drummondville, l’argent des Québécois mérite toujours d’être géré avec soin. Si vous êtes témoins de cas d’utilisation inappropriée de fonds publics, écrivez-nous au jdm-scoop@quebecormedia.com.

Nous enquêterons.

Jean-Louis Fortin, Directeur du Bureau d’enquête