/sports/football
Navigation

Laurent Duvernay-Tardif, du berceau au Super Bowl

Le Québécois a toujours été animé de plusieurs passions

Laurent Duvernay-Tardif
Photo courtoisie Chiefs, Steve Sanders

Coup d'oeil sur cet article

Le football et la médecine sont aujourd’hui indissociables du géant qu’est devenu Laurent Duvernay-Tardif. Cette propension à attaquer plusieurs mandats de front ne date toutefois pas d’hier. L’homme qui s’apprête à devenir le premier docteur à fouler le terrain lors du Super Bowl a d’abord été un gamin dont l’esprit bouillonnait déjà de mille et un projets.  

• À lire aussi: La folie Duvernay-Tardif s’empare du Québec  

 • À lire aussi: Un «Wayne Gretzky entre les mains»  

 • À lire aussi: Une relation privilégiée  

Les dernières années ont été pour le moins étourdissantes pour quiconque tenterait de suivre le rythme de vie effréné de Duvernay-Tardif.         

  • Écoutez ci-dessous le balado de La Zone payante et les prédictions des animateurs en vue du Super Bowl!   

Études en médecine à l’Université McGill, rôle de garde à droite partant des Chiefs de Kansas City depuis 2015, démarrage d’une fondation à son nom pour inciter les jeunes à bouger, conférences aux quatre coins du Québec, nombreuses apparitions médiatiques et quoi encore?       

Pour le commun des mortels, la combinaison d’autant de responsabilités, le tout sous la loupe du public, relèverait du département des miracles. Pour Laurent Duvernay-Tardif, il y a longtemps que la vie doit être remplie aussi pleinement. Nul ne serait mieux positionné que maman pour en attester.        

À neuf ans, sous la supervision bienveillante de sa mère, Guylaine Duvernay, le petit Laurent apprenait déjà les rudiments de la vie de marin, lors d’une première expédition familiale en voilier pour explorer le globe.
Photo courtoisie
À neuf ans, sous la supervision bienveillante de sa mère, Guylaine Duvernay, le petit Laurent apprenait déjà les rudiments de la vie de marin, lors d’une première expédition familiale en voilier pour explorer le globe.

«Il y a aujourd’hui une perception comme quoi Laurent est hyperactif, mais il a toujours été très calme quand il était jeune, tout comme il l’est aujourd’hui. C’est juste que même en bas âge, il avait des millions de projets dans la tête, comme actuellement. Ce qui était le plus impressionnant, c’est que ses projets, il les menait toujours à terme. C’est sa volonté déterminante qui le démarque», souligne Guylaine Duvernay.       

Laurent Duvernay-Tardif a profité de ses aventures en mer pour ramener à plusieurs reprises le poisson frais du jour en compagnie de son père, François Tardif, et de ses jeunes soeurs, Marilou et Daphnée.
Photo courtoisie
Laurent Duvernay-Tardif a profité de ses aventures en mer pour ramener à plusieurs reprises le poisson frais du jour en compagnie de son père, François Tardif, et de ses jeunes soeurs, Marilou et Daphnée.

Son excellence sur le terrain a permis au joueur de ligne offensive des Chiefs d’assurer sa sécurité financière à long terme lorsqu’il a paraphé une lucrative entente de 42 millions pour cinq ans à l’hiver 2017.       

Un petit entrepreneur  

Mais bien avant que le petit ne devienne grand, ce sont plutôt les fines herbes et le bois qui ont nourri sa jeune fibre entrepreneuriale sur la fermette familiale, dans la région de Mont-Saint-Hilaire.        

«Il arrivait souvent à Laurent de se servir des produits qu’on avait sur place pour trouver des idées, comme de faire de la vente de pots de pesto. Et ça marchait!», assure sa mère, amusée.       

Et déjà à l’époque, Duvernay-Tardif a pris un malin plaisir à se sentir débordé. Les fameux bols en bois qui ont fait jaser dans les dernières années grâce à une campagne publicitaire de GoDaddy trouvent racine dans un projet semblable entamé dans sa tendre enfance.       

«Un jour, il s’est mis à fabriquer des rennes en bouleau dans le sous-sol. On ne savait pas trop quoi en penser, mais il s’est mis à les vendre dans des marchés et boutiques du coin. Après peu de temps, il ne fournissait plus. Les dames le voyaient arriver avec ses petits rennes et elles étaient automatiquement séduites», rigole Guylaine Duvernay.       

Une curiosité qui pouvait déranger  

L’affection pour les études, qui caractérise le diplômé en médecine, remonte aussi à loin dans sa vie. À l’école secondaire, les enseignants ont tôt fait de constater qu’une vive curiosité animait l’adolescent.        

Laurent Duvernay-Tardif n’a jamais été du type à percevoir les études comme un fardeau. Même tout jeune, il n’hésitait pas à mettre les bouchées doubles dans ses travaux.
Photo courtoisie
Laurent Duvernay-Tardif n’a jamais été du type à percevoir les études comme un fardeau. Même tout jeune, il n’hésitait pas à mettre les bouchées doubles dans ses travaux.

«C’était au point où certains profs s’en plaignaient parce qu’ils disaient que Laurent était toujours en train de les arrêter pour poser des tas de questions. Au contraire, d’autres profs adoraient ça de voir un jeune aussi allumé. Je savais que sa curiosité était une force et je m’assurais toujours auprès de l’école que ce ne soit pas éteint», relate sa maman.       

Un arrêt pour les examens  

Les plus férus de la carrière et de la vie haute en couleur de «LDT» sont au courant qu’à deux reprises, il a entrepris avec ses parents et ses deux sœurs de longues expéditions en voilier autour du monde lorsqu’il avait 9 ans et 15 ans.       

Plusieurs jeunes se seraient réjouis de profiter de la mer pour faire l’école buissonnière. Duvernay-Tardif a plutôt demandé à ses parents de le ramener à bon port, question d’aller passer ses examens de fin d’année en troisième secondaire.       

À l’approche de New York et de sa célèbre statue de la Liberté, Laurent Duvernay-Tardif a temporairement quitté le bateau familial pour s’assurer de compléter avec succès ses examens de fin d’année en troisième secondaire.
Photo courtoisie
À l’approche de New York et de sa célèbre statue de la Liberté, Laurent Duvernay-Tardif a temporairement quitté le bateau familial pour s’assurer de compléter avec succès ses examens de fin d’année en troisième secondaire.

«Il tenait à ne pas prendre de retard sur les autres à l’école. Quand nous sommes passés par New York en juin, il a pris le train vers Montréal, sa grand-mère est venue le chercher et il a passé ses examens haut la main pour ensuite venir nous rejoindre à Halifax. Il a toujours été très responsable et volontaire», explique la mère d’une famille qui a fait les choses à sa manière.       

Non, Laurent Duvernay-Tardif n’a pas suivi le moule pour fouler un chemin tout tracé. Pas étonnant qu’avec tant de dévouement dans le cocon familial et de créativité dans sa vie, il ait maintenant le vent dans les voiles.        

Le football pour le plaisir   

Si le football est aujourd’hui le gagne-pain de Laurent Duvernay-Tardif, c’est d’abord sans la moindre ambition d’en faire une carrière qu’il a découvert tout bonnement ce sport, parmi un vaste éventail d’autres intérêts.   

Entre les cours de badminton et de violon, en passant par son intérêt pour le ski de fond et autre type de randonnée en plein air, Duvernay-Tardif a bifurqué vers le football au niveau civil, avec les Pirates du Richelieu, en 2003.        

L’expression artistique a toujours été une partie importante de la vie du futur footballeur et médecin, lui qui pratiquait assidûment le violon à l’adolescence.
Photo courtoisie
L’expression artistique a toujours été une partie importante de la vie du futur footballeur et médecin, lui qui pratiquait assidûment le violon à l’adolescence.

«Au football, il a vraiment commencé juste pour s’amuser. À sa deuxième année, à cause de sa taille, il aurait été obligé de jouer dans un groupe d’âge plus vieux et comme parents, on ne voulait pas.       

«Il a donc arrêté cette année-là et dans notre tête, c’était fini. Puis, l’année d’après, il nous a demandé s’il pouvait continuer. Ça nous a un peu surpris parce qu’on ne croyait pas qu’il était accroché tant que ça au football», mentionne sa mère, Guylaine Duvernay.       

Avec du recul, celle-ci comprend mieux aujourd’hui les raisons de cette attirance de jeunesse.       

«Je pense qu’il appréciait la notion de sport d’équipe. Il aimait l’aspect force qui était nécessaire et l’exigence par rapport aux stratégies. Il ramenait son cahier à la maison et dessinait ses jeux.»       

Place au Super Bowl  

Jamais, toutefois, fiston n’a fait allusion à un avenir quelconque dans le monde du football professionnel, du moins, avant la fin de son passage à l’Université McGill.        

Les événements ont ensuite déboulé en accéléré, si bien qu’il est encore difficile pour les parents de réaliser que leur Laurent est bel et bien au Super Bowl, en quête du Saint-Graal d’une ligue qu’il ne suivait même pas à ses balbutiements dans le caucus.       

Le 19 janvier, le garde des Chiefs a célébré le championnat de la conférence américaine de son équipe avec deux personnes qui lui sont très chères, son agent, Sasha Ghavami, et sa copine, Florence Dubé-Moreau.
Photo Twitter
Le 19 janvier, le garde des Chiefs a célébré le championnat de la conférence américaine de son équipe avec deux personnes qui lui sont très chères, son agent, Sasha Ghavami, et sa copine, Florence Dubé-Moreau.

Pour rien au monde la famille n’aurait raté l’occasion de vivre le grand cirque de la NFL sur place, à Miami.       

«Le Super Bowl, c’est probablement bien plus grand que ce que je peux imaginer. C’est important d’être là parce que c’est l’apogée de toutes ses années d’efforts. En même temps, ça me paraît tellement gros que ça me fait peur.       

«Lors du match de finale de conférence, j’étais bien plus nerveuse que d’habitude. Je voulais tellement que Laurent se rende au Super Bowl. Quand ils ont gagné, la pression a redescendu et je me suis dit que l’objectif était atteint. Sauf que là, plus les journées passent et plus je réalise qu’il faut qu’il gagne. Ça va être fou et je pense que finalement, je vais être très nerveuse», confie la plus grande partisane du 76 des Chiefs.