/sports/opinion/columnists
Navigation

Enfin, la consécration!

Enfin, la consécration!
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

MIAMI | Dimanche soir, sous les confettis dans le ciel de Miami, la disette de 50 ans des Chiefs sera terminée. L’entraîneur-chef que plusieurs disent incapable de gagner le gros match, Andy Reid, garnira son palmarès du trophée Vince-Lombardi après des échecs répétés. Le quart-arrière qui est perçu comme le porte-étendard de la nouvelle génération, Patrick Mahomes, gravera son nom parmi les immortels. Il y aura même un docteur bien de chez nous qui deviendra le premier à combiner deux titres importants : médecin et champion du Super Bowl.   

Pendant que le Canadien peine à se battre pour une place en séries dans la LNH, Laurent Duvernay-Tardif aura le Québec à ses pieds avec un exploit sportif d’une monstrueuse amplitude à sa portée. Il y a bien longtemps que la province n’aura été balayée par une si grosse vague rouge.   

Mais au-delà du chauvinisme relié à la présence d’un rare Québécois sur le terrain au Super Bowl, les Chiefs peuvent-ils réellement battre les 49ers ou est-ce que les lignes précédentes relèvent plutôt du fantasme de leurs partisans?   

  • Écoutez l'entrevue de Stéphane Cadorette avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Difficile à dire, parce que sur papier, les 49ers disposent d’à peu près toutes les forces nécessaires pour attaquer les lacunes des Chiefs... tandis que l’inverse n’est pas forcément vrai.    

Puissance au sol  

Tout d’abord, les 49ers ont montré cette saison non seulement un attachement au jeu au sol, mais, surtout, des résultats probants.    

Dans seulement quatre matchs sur 18 en incluant leurs deux duels en séries, ils ont franchi la barre des 100 verges par la course. Huit fois, ils ont même gagné plus de 160 verges. Les Chiefs, en saison, ont accordé 4,9 verges par course. Seuls les Panthers, les Jaguars et les Browns ont fait pire. Au moins, il y a eu amélioration notoire en séries à ce chapitre et le fait d’avoir résisté à Derrick Henry insufflera une certaine dose de confiance.   

Ligne défensive  

L’autre grande force des Niners, c’est la ligne défensive et sur ce plan, les Chiefs peuvent rivaliser avec une ligne à l’attaque de grande qualité. C’est précisément sur cet aspect que le match pourrait se jouer. Est-ce que les Chiefs peuvent résister aux assauts de Nick Bosa et sa bande? En séries, les Niners ont causé des ravages sur ce plan avec neuf sacs du quart et 26 pressions.    

Ceux qui écoutent sporadiquement le football et qui se demandent en quoi ce fameux Laurent Duvernay-Tardif est si utile, c’est précisément là. Dans les derniers matchs, son jeu, particulièrement en protection de passe, est phénoménal. Et quand Patrick Mahomes ne subit pas de pression de l’intérieur, il est à l’aise pour étirer les jeux en se permettant d’être en mouvement.   

Même si la ligne offensive effectue du solide boulot, les Chiefs peinent toutefois à installer le jeu au sol avec Damien Williams. Face aux secondeurs athlétiques des 49ers, il sera difficile de courir.   

Plusieurs éléments pointent donc en direction d’une victoire fort possible des 49ers lorsque l’on considère le personnel en place sur le terrain, les forces de l’équipe et les stratégies déployées. Sauf que...   

Le facteur Mahomes  

Il existe une poignée de joueurs qui transcendent les X et les O, qui déjouent les statistiques. Patrick Mahomes en fait partie et malgré les embûches évidentes que posent les 49ers devant eux, les Chiefs peuvent croire en grande partie grâce à lui, à ses talents uniques et à son leadership contagieux.   

Les Chiefs montrent une fiche de 27-8 quand Mahomes est au poste de quart. Ils n’ont jamais perdu un match par plus de sept points avec lui. Les huit défaites ont été enregistrées par un écart total de 36 points. Pourquoi mentionner ces chiffres? Parce qu’avec Mahomes à bord, les Chiefs ne sont jamais déclassés, peu importe la qualité de l’équipe devant eux.   

Les 49ers, aussi formidables soient-ils en défensive, ont éprouvé des ennuis cette saison contre des quarts-arrière mobiles comme Lamar Jackson, Russell Wilson et Kyler Murray. Mahomes peut leur causer le même genre de souci, sans parler de son bras et d’un arsenal offensif bien plus complet que celui dont bénéficiaient les autres quarts cités.   

Les Chiefs ne gagneront pas uniquement grâce à Mahomes. Ils gagneront aussi parce que leur défensive a pris du galon et que la ligne offensive le protégera bien. Mais en bout de ligne, le brillant quart-arrière fera la différence et deviendra bientôt l’homme de 40 millions.   

SAVIEZ-VOUS QUE...  

175 verges au sol  

Il y a 24 équipes, dont les 49ers de cette année, qui ont maintenu une moyenne supérieure à 175 verges au sol par match au fil du temps. Du lot, seulement trois ont remporté le Super Bowl.   

0,794 pourcentage combiné de victoires  

Patrick Mahomes et Jimmy Garoppolo montrent le plus haut pourcentage combiné de victoires (,794) parmi les quarts-arrière qui se sont affrontés au Super Bowl. La précédente marque appartenait à Tom Brady et Russell Wilson (,766) au Super Bowl 49.   

10 passes tentées dans l’ère du Super Bowl  

Les 49ers sont devenus la seule équipe à part les Dolphins de 1971 et de 1973 à remporter un match de séries avec moins de 10 passes tentées dans l’ère du Super Bowl.   

50,9 %  

Les Chiefs ont inscrit des points sur 50,9 % de leurs séquences à l’attaque cette saison, un sommet dans la NFL. La moyenne dans la ligue est de 36,1 %.   

4-12  

Les 49ers sont passés d’une saison de 4 victoires à une saison de 12 victoires et une présence au Super Bowl. Les seuls autres clubs qui ont vécu un pareil bond sont les Rams de 1999 et les Bengals de 1988.   

*Source NFL Research et ESPN Stats & Info