/sports/opinion/columnists
Navigation

Le spectre Brady Tkachuk

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que Jesperi Kotkaniemi regardait le match de la passerelle, jeudi soir, le joueur sélectionné tout juste derrière lui au repêchage de 2018, Brady Tkachuk, revenait tout juste de sa première participation au match des étoiles de la LNH.

Plusieurs partisans du Canadien ont été choqués de la décision de Claude Julien de laisser KK de côté contre les Sabres de Buffalo jeudi soir. Mais, pourquoi? Qu’est-ce qui, en ce moment, justifie qu’il soit dans l’alignement régulier de l’équipe?

C’est dommage, mais on ne sait plus ce que va devenir le jeune pivot du Tricolore. Personnellement, je doute qu’il atteigne les sommets que plusieurs lui prédisent. Je ne vois rien en lui en ce moment qui me porte à croire que le CH a en sa possession son futur centre de premier trio.

Il est en retard sur le jeu plus souvent qu’à son tour et manque la vitesse supplémentaire lui permettant de se créer de l’espace sur la patinoire. Le constat est qu’il y a trop de carences dans son jeu.

Attendre quoi?

Il ne suffit que de se prononcer contre Kotkaniemi pour recevoir un paquet de messages voulant qu’on soit patient, qu’on attende. Mais qu’on attende quoi?

Malheureusement, ça existe, des joueurs qui plafonnent à 19 ans. On dit souvent que le rang de repêchage n’est qu’un chiffre. C’est aussi cliché que véridique. Il n’est pas rare de voir des choix de troisième ou quatrième tours devenir meilleurs que des sélections de première ronde.

Je n’ai pas la faculté de prédire l’avenir, malheureusement. J’analyse ce que je vois en ce moment. Et en ce moment, je vois un Brady Tkachuk qui a un impact incroyable sur les Sénateurs d’Ottawa et qui vient de participer au Match des étoiles.

Tkachuk, c’est une valeur sûre. Un attaquant de puissance comme lui, qui n’a pas peur de se salir les mains dans la congestion dense et qui se présente tous les soirs, aucune équipe ne peut se permettre de passer à côté de ça.

Comment Trevor Timmins et son équipe ont-ils pu laisser passer ce genre de joueur qui se nourrit d’intensité et de jeu physique?

Et ça, croyez-moi, KK le sait pertinemment. 

Échanger Tatar

Bref, passons des jeunes aux vétérans.

Les rumeurs vont bon train en ce moment et plusieurs croient que Marc Bergevin devrait envisager la possibilité d’échanger Tomas Tatar. Permettez-moi de douter de cette stratégie. Le trio qu’il forme avec Phillip Danault et Brendan Gallagher a le potentiel d’une unité autour de laquelle le CH peut bâtir.

Tatar est le meilleur pointeur du Canadien, donc sous quel prétexte voudrions-nous échanger ce qui fonctionne? Côté transactions, parlez-moi de se départir de joueurs qui ne fonctionnent pas et je trouverai l’idée un peu plus logique.

Pour moi, Tatar n’est pas le joueur que Bergevin doit tenter d’échanger, mais bien Max Domi, un joueur égoïste qui ne semble pas comprendre son rôle dans l’équipe.

Avec le trio de Tatar, puis une autre unité composée de Nick Suzuki, Jonathan Drouin et Ilya Kovalchuk, le Canadien aurait de quoi se défendre l’an prochain.

Parlant de Suzuki, le Canadien a probablement en sa possession un futur joueur de centre pouvant évoluer sur l’un des deux premiers trios de l’équipe pour longtemps. Il pourrait faire oublier la sélection de Kotkaniemi si, comme je le pense, il ne remplit pas les promesses placées en lui.

Du moins, en partie, puisque les partisans verront Brady Tkachuk faire mal à leur équipe pendant longtemps.

— Propos recueillis par Kevin Dubé