/weekend
Navigation

Charles Richard-Hamelin: un premier opus consacré à Mozart

Charles Richard-Hamelin
Photo courtoisie, Elizabeth Delage Jonathan Cohen, chef et directeur artistique des Violons du Roy et le pianiste Charles Richard-Hamelin.

Coup d'oeil sur cet article

En février 2017, Charles Richard-Hamelin unissait ses sonorités de piano pour la première fois avec Les Violons du Roy. Deux concerts qui sont à l’origine du sixième album du pianiste québécois.  

«Ces concerts ont été mémorables. Ça a cliqué et ça allait de soi de faire un disque ensemble», a lancé le musicien, lors d’un entretien. Lancé hier, ce nouvel opus est consacré au concerto pour piano numéro 22 de Mozart, qu’il avait interprété au Palais Montcalm et à la Maison symphonique de Montréal avec l’ensemble québécois et au concerto numéro 24 du prodige autrichien.   

«Nous nous sommes réunis durant trois jours au Palais Montcalm, l’été dernier, entre deux concerts consacrés à ces œuvres, pour enregistrer cet album», a indiqué Charles Richard-Hamelin.   

Le pianiste de 30 ans n’avait jamais enregistré des concertos de Mozart. Les 22 et 24 sont ses préférés.   

«Mozart a écrit 27 concertos pour piano et les numéros 20, 21 et 23, qui sont ses œuvres de maturité, sont les plus populaires. On n’entend pas beaucoup le 22e qui a été écrit dans les mêmes années, à une époque où Mozart était au sommet de son art. Il y a, dans cette pièce, des bijoux dans l’instrumentation, l’harmonie et l’écriture», a-t-il fait remarquer.   

Improvisation  

Le concerto numéro 24 est une œuvre sombre et tragique et où l’on retrouve des références à Bach et des harmonies parfois dissonantes. Ce qui était surprenant à l’époque.    

«C’est un des grands chefs-d’œuvre de Mozart. C’est une œuvre extrêmement originale et qui m’a toujours fasciné», a-t-il précisé.   

Mozart a délibérément laissé des espaces libres, dans ces deux concertos, pour permettre aux interprètes d’ajouter sa touche et de personnaliser les œuvres à leur façon.   

«C’est une pratique qui existait et qui s’est perdue avec le temps. C’est rare que l’on puisse faire ce genre de chose et c’est très chouette. Ça me permet de les personnaliser selon mes goûts pianistiques et ma compréhension de l’œuvre. J’aime beaucoup faire ça», a fait savoir le pianiste de 30 ans.   

Les trois jours d’enregistrement avec l’ensemble québécois et le chef Jonathan Cohen ont été très agréables.   

«J’avais déjà enregistré avec l’Orchestre symphonique de Montréal, mais dans un tout autre contexte. C’était en concert et avec 2000 spectateurs dans la salle. Avec Mozart, c’est plus dans la dentelle et les petits détails et j’ai bien aimé avoir plus de temps pour travailler et sculpter les interprétations», a-t-il expliqué.   

À la fin des séances d’enregistrement, les musiciens se sont réunis autour d’une caisse de bière pour célébrer l’événement. Charles Richard-Hamelin avoue qu’il aurait aimé se joindre à eux.   

«Je suis retourné dans la salle, tout seul, pour aller enregistrer durant deux heures mes sections en solo», a-t-il laissé tomber en riant.   

En nomination  

Les choses vont particulièrement bien pour le pianiste qui a remporté le deuxième prix du Concours international de piano Frédéric-Chopin en 2015.    

«Ça n’arrête pas. Je vais être très présent en Asie cette année. Je vais faire une tournée d’une dizaine de concerts au Japon après les Jeux olympiques de Tokyo et aller en Corée, en octobre, pour donner une série de spectacles avec l’Orchestre philharmonique de Varsovie», a-t-il dit.   

Il va aussi se produire, pour la première fois, au Wigmore Hall, à Londres, le 22 juillet.   

«C’est une salle mythique à Londres qui peut accueillir autour de 600 spectateurs», a-t-il fait remarquer.    

Son album consacré aux concertos numéro 1 et 2 de Chopin, avec l’Orchestre symphonique de Montréal, est en nomination aux prix Junos dans la catégorie Album classique de l’année – Grands ensembles.   

La vie de Charles Richard-Hamelin a changé du tout au tout depuis qu’il a remporté cette médaille d’argent.   

«Il y a beaucoup de gagnants de concours qui n’ont pas la chance de rencontrer les bonnes personnes. J’ai été bien entouré, dès le début, par mon agence et par l’étiquette de disque Analekta. J’ai été très chanceux», a-t-il déclaré.    


Charles Richard-Hamelin et Les Violons du Roy, sous la direction de Jonathan Cohen, interpréteront les concertos numéro 22 et 24 de Mozart, le 21 mai, au Palais Montcalm.