/investigations/taxes
Navigation

8 entreprises en difficulté à surveiller: des canards boiteux qui piquent du nez

La moitié des entreprises en difficulté identifiées par notre Bureau d’enquête en juin 2019 se sont effondrées

Coup d'oeil sur cet article

C’est officiel : les contribuables québécois vont perdre une grande partie de leur chemise dans huit mégaprojets risqués où ils ont collectivement investi plus de quatre milliards de dollars.  

Notre Bureau d’enquête avait effectué, en juin 2019, une recension des projets risqués dans lesquels les Québécois, à travers le gouvernement du Québec, Investissement Québec et la Caisse de dépôt, avaient misé une fortune.   

Nous écrivions à l’époque, en citant plusieurs experts, que ces projets étaient en grande difficulté et pourraient bien péricliter sous peu, bien qu’aucun n’avait encore officiellement dû se placer sous la protection des tribunaux.   

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:

Or, depuis ce temps, trois des sept canards boiteux que nous avions identifiés se sont placés à l’abri de leurs créanciers, laissant craindre le pire pour l’argent des Québécois.   

Un autre canard boiteux est aussi apparu sur le radar entre-temps : l’entreprise Fortress, active en Outaouais.   

Lourdes pertes  

La déconfiture la plus spectaculaire est celle de la compagnie minière Stornoway qui, après avoir reçu des investissements des Québécois d’au moins un demi-milliard de dollars, a annoncé cet été une vaste restructuration où ses actionnaires vont tout perdre.   

L’action de l’entreprise a été rayée de la Bourse de Toronto.   

Une autre entreprise, Nemaska Lithium, a annoncé être engagée dans un processus pour trouver 1,1 milliard de dollars auprès d’investisseurs étrangers, après avoir dû, elle aussi, solliciter la protection des tribunaux à la fin 2019.    

Si tous les canards boiteux ne sont pas condamnés, les nouvelles ne sont pas rassurantes, non plus, du côté de projets encore viables.    

C’est le cas en particulier du programme d’avions C Series, de Bombardier, rebaptisé A220 depuis sa vente partielle à l’européenne Airbus.    

Dans ce projet, les commandes sont finalement au rendez-vous, mais ce n’est malgré tout pas une bonne nouvelle puisque Québec et Bombardier se voient pressés de réinjecter de l’argent.   

8 entreprises à surveiller   

STORNOWAY  

► En restructuration   

Photo d’archives

Des diamants rouges  

Le producteur de diamants Stornoway, actif dans le nord du Québec, s’est placé en septembre 2019 sous la protection d’un tribunal, ce qui signifie que le gouvernement du Québec devra dire adieu à plus de 250 millions $. Croulant sous près de 500 M$ de dettes, l’entreprise a obtenu de la Cour supérieure une ordonnance qui lui permettra de se restructurer.   

► Perte de valeur   

  • Les actionnaires de Stornoway, qui avaient injecté plus de 400 M$ dans l’entreprise, perdent tout.   
  • 110 M$ ont été déboursés par Investissement Québec et 42 M$ par la Caisse de dépôt et placement du Québec.       

SNC-LAVALIN  

► Fragile   

Photo d’archives

L’action sous-évaluée   

SNC-Lavalin a avoué en décembre une vaste fraude en Libye, écopant de 280 millions $ d’amende, mais sauvant du même coup son avenir puisqu’elle pourra continuer d’obtenir des contrats publics. Malgré un rebond de l’action, celle-ci reste en baisse de 42 % sur deux ans. En plus de détenir près de 20 % des actions de l’entreprise, la Caisse de dépôt et placement du Québec a aussi prêté plus d’un milliard à SNC et a abaissé son taux d’intérêt pour aider l’entreprise. Selon plusieurs analystes, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour que l’action de SNC-Lavalin retrouve une évaluation similaire à celle de ses concurrents dans les prochaines années.   

► Perte de valeur   

  • La Caisse de dépôt a acheté des actions de SNC au coût d’environ 1,3 milliard $.   
  • Les actions de SNC-Lavalin sont en baisse de 42 % sur deux ans       

C Series / A220  

► Fragile   

Photo d’archives

Encore des problèmes  

Souhaitant éviter la mort des avions C Series de Bombardier, le gouvernement Couillard y a investi 1,3 G$ en 2016. En 2018, Airbus a pris le contrôle du programme pour 0 $ et l’a rebaptisé A220. Il y a quelques semaines, Airbus a causé la surprise en demandant à ses partenaires de réinvestir pour hausser la cadence de production.   

► Perte de valeur   

  • Ni Québec ni Bombardier ne semblent avoir envie de remettre de l’argent.   
  • Des scénarios circulent où Québec et Bombardier pourraient se désengager à perte.       

Fortress  

► En restructuration   

Photo d’archives

Aide d’urgence  

Un mois après avoir prêté 5 millions $ à l’entreprise britanno-colombienne Fortress pour « assurer le maintien à court terme des activités » de son usine de cellulose de Thurso, en Outaouais, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a fait en octobre 2019 un autre chèque de 8 millions $ à l’entreprise. Cette somme n’a toutefois pas empêché Fortress de fermer temporairement l’usine, ce qui a entraîné la mise à pied de plus de 320 travailleurs.   


ENERKEM  

► Fragile   

Photo d’archives

Décès du patron  

Enerkem dit pouvoir « produire des biocarburants et des produits chimiques verts à partir de déchets ». C’est assurément une proposition hautement séduisante. Le hic, c’est que les résultats tardent à venir. En 2012, les ministres libéraux Clément Gignac et Sam Hamad avaient annoncé la construction d’une usine d’Enerkem à Varennes, qui n’a toujours pas été construite.   

En 2019, Enerkem a néanmoins annoncé des nouvelles encourageantes avec la conclusion d’une nouvelle ronde de financement de 76,3 millions $ et des investissements de la pétrolière Suncor dans l’entreprise. Malheureusement, l’entreprise a aussi perdu son cofondateur et président du conseil d’administration. Vincent Chornet s’est éteint en juin à 45 ans. Sur la photo : Pauline Marois et Vincent Chornet en juin 2013, lors de l’annonce de l’investissement de Québec dans Enerkem.   

► Perte de valeur   

  • Québec a investi directement 81 M$ dans l’entreprise (capital-actions et subventions).   
  • Enerkem a aussi du financement du Fonds FTQ et de Fondaction, des fonds qui profitent de crédits d’impôt.   
  • Plusieurs projets annoncés depuis 2012 ont dû être reportés.      

MCINNIS  

► Fragile   

Photo d’archives

Une cimenterie non rentable  

En plein milieu de l’été 2019, la controversée cimenterie McInnis s’est vu prêter pas moins de 500 millions $, mais Québec refuse toujours d’y investir un cent de plus, contrairement à la Caisse de dépôt et aux Beaudoin-Bombardier. Un an et demi après avoir envisagé la vente de ses actifs dans la cimenterie McInnis, la Caisse de dépôt et placement du Québec a plutôt décidé d’y injecter 150 millions $ de plus, dans le cadre d’une nouvelle ronde de financement. En 2014, la première ministre Pauline Marois et l’homme d’affaires Laurent Beaudoin avaient annoncé la construction de la cimenterie au coût d’un milliard de dollars. En 2016, la Caisse avait dû prendre le contrôle des opérations après des dépassements de coûts de près d’un demi-milliard de dollars.    

► Perte de valeur   

  • Investissements publics totaux de 615 M$.   
  • Seulement 200 emplois directs   
  • Plus important pollueur industriel du Québec.   
  • La Caisse a envisagé de vendre en 2018, avant de se raviser.      

NEMASKA  

► En restructuration   

Photo d’archives

Il manque 1,1 milliard $  

Nemaska Lithium veut être un fournisseur des fabricants de batteries pour voitures électriques. L’entreprise construit une mine à la Baie-James pour exploiter un important gisement de spodumène, le site Whabouchi. Elle construit en parallèle une usine à Shawinigan pour produire de l’hydroxyde de lithium. Le projet, au départ estimé à 1,1 milliard $, a connu des dépassements de coûts majeurs. À la fin 2019, l’entreprise s’est protégée de ses créanciers. Le patron de Nemaska a indiqué en janvier qu’il manquait 1,1 milliard $ pour compléter le projet.   

► Perte de valeur   

  • Québec a investi 130 M$ dans l’aventure (via Capital Mines Hydrocarbures et Ressources Québec).   
  • Le ministre Fitzgibbon a récemment déclaré que la mise de Québec valait aujourd’hui 13 M$      

ORBITE  

► En faillite   

Photo d’archives

Faillite coûteuse  

Cette entreprise exploitant une usine en Gaspésie était censée révolutionner le secteur minier avec un nouveau procédé d’extraction de l’alumine. Sous la protection des tribunaux depuis 2017, les tentatives afin de trouver un repreneur pour l’usine de Cap-Chat, en Gaspésie, ont échoué en octobre 2019, poussant l’entreprise à déclarer faillite.    

► Perte de valeur   

  • 22 M$ investis par Investissement Québec (actions et débentures).      

Sont-ils inquiets ?   

Photo d’archives

« L’autre possibilité, c’était de la mettre en faillite et de vendre la ferraille »    

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie (au sujet de Fortress en octobre 2019).  

Photo d’archives

« Il n’est pas question de réinvestir dans cette division-là »    

François Legault, premier ministre (au sujet de l’ex-C Series de Bombardier, en janvier 2020).