/news/currentevents
Navigation

«Les policiers l’ont abattu comme un chien!»

Un ex-hockeyeur aurait été atteint par 9 projectiles tirés par les forces de l’ordre

L’endroit où a eu lieu l’intervention policière lors de laquelle Brandon Christian a perdu la vie, à Saint-Georges, en Beauce, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.
Photo Jean-François Racine L’endroit où a eu lieu l’intervention policière lors de laquelle Brandon Christian a perdu la vie, à Saint-Georges, en Beauce, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien joueur de hockey abattu par les policiers dimanche soir à Saint-Georges, en Beauce, était en crise et un de ses proches affirme que rien ne justifie qu’il ait été atteint par neuf balles.

   Brandon Christian, 47 ans, a été atteint mortellement par des coups de feu tirés par les policiers de la Sûreté du Québec.

« L’opération policière était vraiment trop exagérée. Ce n’était pas un tueur en série. Ça n’a pas d’allure ce qu’ils ont fait. Ils l’ont encerclé et il a eu peur. Ils l’ont abattu comme un chien ! », lance son beau-frère révolté.

L’endroit où a eu lieu l’intervention policière lors de laquelle Brandon Christian a perdu la vie, à Saint-Georges, en Beauce, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.
Capture d'écran YouTube

Son ex-conjointe, qui craignait pour sa sécurité, aurait d’abord contacté le 911 vers 18 h 35. La police rapporte que le colosse en détresse était cagoulé et armé d’un bâton.

Selon ses proches, Brandon Christian, qui mesure 6 pieds 4 pouces et pèse plus de 230 livres, aurait quitté son domicile de la 20e Rue en se dirigeant vers le boisé à l’arrière de sa résidence. 

Environ un kilomètre plus loin, les policiers auraient réussi à le cerner, mais l’intervention s’est conclue de manière tragique à l’extérieur, dans le stationnement d’un immeuble.

Face à un homme « agressif et confus », les policiers auraient sans succès utilisé divers moyens pour tenter de l’immobiliser, notamment l’arme à impulsion électrique et le poivre de Cayenne.

On ignore si la victime a proféré des menaces.

L’endroit où a eu lieu l’intervention policière lors de laquelle Brandon Christian a perdu la vie, à Saint-Georges, en Beauce, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.
Photo Jean-François Racine

« On a entendu les coups de feu », explique Marcel Dumas, un voisin. « Au moins quatre », précise une autre citoyenne.

Démesuré

Brandon Christian, qui n’avait pas d’antécédent criminel, n’était muni que d’un bâton de marche, selon ses proches.

L’endroit où a eu lieu l’intervention policière lors de laquelle Brandon Christian a perdu la vie, à Saint-Georges, en Beauce, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.
Photo Jean-François Racine

« C’est démesuré. Il a neuf balles dans le corps. J’ai passé une heure à la morgue. Je l’ai enlevée, la couverte. Il a six balles à côté du cœur, une autre à côté du foie et deux entre l’épaule et le cœur. Si tu veux ralentir quelqu’un, tu ne tires pas en pleine poitrine », ajoute le membre de sa famille qui ne souhaite pas être identifié.

« Il avait besoin d’aide en santé mentale. Il n’était pas dangereux. Quand il ne prenait pas sa médication, il n’était plus là. On voulait qu’il le pogne pour l’amener à l’hôpital. Ça n’aurait pas dû se finir comme ça », termine son beau-frère.

L’endroit où a eu lieu l’intervention policière lors de laquelle Brandon Christian a perdu la vie, à Saint-Georges, en Beauce, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.
Photo Jean-François Racine

Un bagarreur

Sur la patinoire, l’ex-allier droit était surtout reconnu pour ses talents de pugiliste.

Plusieurs de ses combats se retrouvent d’ailleurs en ligne. 

L’endroit où a eu lieu l’intervention policière lors de laquelle Brandon Christian a perdu la vie, à Saint-Georges, en Beauce, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.
Photo Jean-François Racine

Né en Ontario, il avait commencé à jouer en 2004 pour l’équipe de Saint-Georges, dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). L’année suivante, il avait accumulé un total de 399 minutes de punition en seulement 38 parties.

Sa carrière a pris fin en 2016-2017, mais il occupait toujours un emploi dans la région.

« Brandon aura été un joueur marquant à sa façon dans l’histoire de la concession », a fait savoir l’organisation de Cool FM de Saint-Georges. « C’était un gentil géant », a précisé son président, Stéphane Rouleau.

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) mène l’enquête concernant les circonstances entourant cet événement.

Ce que l’on sait

  • 18 h 35, dimanche : une femme contacte le 9-1-1. Elle soutient que son ex-conjoint est en crise. Il serait cagoulé et armé d’un bâton.
  • Brandon Christian aurait quitté à pied son domicile de la 20e Rue. Les policiers l’ont localisé à une heure inconnue moins d’un kilomètre plus loin, près de la 27e Rue et de la 16e Avenue.
  • Les agents auraient utilisé l’arme à impulsion électrique et du poivre de Cayenne pour l’immobiliser, sans succès.
  • Christian aurait été atteint mortellement par un tir policier.