/sports/football
Navigation

Victoire marquante pour «coach Reid»

L’entraîneur-chef des Chiefs récompensé après 21 ans d’attente

Andy Reid a eu droit à la plus belle douche de Gatorade qui soit lorsque la victoire des Chiefs a été confirmée.
Photo AFP Andy Reid a eu droit à la plus belle douche de Gatorade qui soit lorsque la victoire des Chiefs a été confirmée.

Coup d'oeil sur cet article

MIAMI  |  Andy Reid avait déjà signé un impressionnant total de 221 victoires, en incluant les séries, à titre d’entraîneur-chef dans la NFL. C’est sa 222e qui risque de lui ouvrir toutes grandes les portes du Temple de la renommée du football.

Reid ne le dira jamais, car il n’est pas le genre d’individu à tourner les projecteurs vers lui, mais cette conquête du Super Bowl s’avère significative sur sa place dans l’histoire. 

« Coach Reid » a serré son quart-arrière Patrick Mahomes dans ses bras après le match.
Photo AFP
« Coach Reid » a serré son quart-arrière Patrick Mahomes dans ses bras après le match.

Jusqu’à dimanche soir, il était perçu comme un extraordinaire stratège offensif, mais qui n’avait jamais su remporter le gros match malgré tous ses succès. Depuis, il est reconnu à sa juste valeur et il devient difficile de croire qu’il n’a pas gagné son paradis auprès des immortels de sa profession.

« Maintenant que tu en gagnes un, tu penses déjà au prochain. Je vais savourer celui-là quelques minutes et j’attaque le prochain », a souri Reid, tandis que ses joueurs lui rendaient hommage.

« Je serai toujours reconnaissant pour la vie que je vis, pour le fait que je reçoive un chèque et que je puisse manger parce que cet homme met tout son cœur dans ce qu’il fait. Je suis béni à jamais qu’il m’ait donné la chance de jouer à Kansas City », a réagi l’ailier rapproché Travis Kelce, qui a de nouveau livré la marchandise avec six réceptions, 43 verges et un touché.

Andy Reid a eu droit à la plus belle douche de Gatorade qui soit lorsque la victoire des Chiefs a été confirmée.
Photo AFP

Les hommages de Mahomes

Si les Chiefs se rangeaient derrière Reid au point d’être en mission pour lui, ceux qui demeuraient dans le camp des détracteurs devront maintenant changer leur discours, aux yeux du quart-arrière Patrick Mahomes.

« Il est l’un des meilleurs entraîneurs de tous les temps. Je ne pense pas qu’il avait besoin du trophée Vince-Lombardi pour le prouver, mais maintenant, tous les doutes sont écartés. Quand il décidera que c’en est assez, et j’espère qu’il voudra diriger encore longtemps, il devra être considéré parmi les grands de l’histoire », a-t-il plaidé.

Quant à savoir si les Chiefs sont installés au sommet pour de nombreuses années à venir, celui qui est devenu à 24 ans le troisième plus jeune à être élu le joueur le plus utile du Super Bowl a montré son habituelle sagesse.

« Tant que nous garderons les gens en place dans cette organisation et notre entraîneur-chef, nous serons une bonne équipe chaque année. Mais ce ne sera pas facile. Chaque année, il y a de très bonnes équipes de football dans cette ligue. Il nous faudra montrer le même degré de dévouement et de ténacité tous les jours pour rester au sommet. »

Andy Reid a soulevé le trophée Vince-Lombardi à bout de bras à l’issue de la victoire des Chiefs contre les 49ers dimanche soir.
Photo AFP
Andy Reid a soulevé le trophée Vince-Lombardi à bout de bras à l’issue de la victoire des Chiefs contre les 49ers dimanche soir.

La défensive saluée

Au moment des prévisions avant le Super Bowl, certains ont négligé le jeu de la défensive des Chiefs depuis le début de la deuxième moitié de saison. Comme si plusieurs peinaient encore à croire en cette unité tournée en dérision.

« Nous avons ajouté quelques vétérans et c’est ce qu’il fallait faire pour nous améliorer. Nous savions que notre attaque pouvait combler un déficit de 10 points [au quatrième quart]. Pour nous, en défensive, la stratégie était simple. C’était stop, stop et encore stop », a résumé le secondeur Anthony Hitchens.

« On a très mal commencé la saison défensivement. Plusieurs pensaient que nous étions cuits. Nous avons plutôt vu ça comme une façon de nous rapprocher, d’écouter davantage nos entraîneurs. Cette saison n’a pas été parfaite, mais nous avons bien joué au bon moment », a ajouté Tyrann Mathieu.

Les entraîneurs-chefs les plus victorieux (séries incluses)    

  1. Don Shula (Dolphins, Colts) 347 victoires  
  2. George Halas (Bears) 324 victoires  
  3. Bill Belichick (Patriots, Browns) 304 victoires  
  4. Tom Landry (Cowboys) 270 victoires  
  5. Curly Lambeau (Packers, Cardinals, Redskins) 229 victoires  
  6. Paul Brown (Browns, Bengals) 222 victoires    

     Andy Reid (Chiefs, Eagles) 222 victoires  

Des 49ers déçus mais confiants pour la saison prochaine  

Les visages étaient longs, les yeux rougis et les réponses parfois brèves, mais les 49ers ont tout de même laissé un mémo à la ligue au terme de leur cruelle défaite : ils n’ont pas dit leur dernier mot.

L’effet lendemain de veille après une défaite au Super Bowl n’a rien d’un mythe. Trois des quatre derniers finalistes vaincus lors du match ultime ont raté les séries l’année suivante. 

« Ça ne devrait pas être un problème », a répondu à cet effet l’entraîneur-chef Kyle Shanahan.

« On va retrousser nos manches et oublier ça. Nous serons motivés pour la prochaine saison. Nous avons surpris plusieurs personnes cette année et plusieurs de nos joueurs reviennent. D’autres vont s’ajouter. Nous allons récupérer un peu et attaquer la prochaine saison », a-t-il assuré.

De son côté, le quart-arrière Jimmy Garoppolo secondait le pilote. Après avoir vécu la gloire, mais dans un rôle de réserviste, avec les Patriots, il devait toutefois apprivoiser le sentiment d’agonie après le revers des 49ers.

« C’est une sensation que je n’ai jamais ressentie et que les gars dans ce vestiaire n’ont pas vraiment vécue non plus. Ce qui est positif, c’est que les gars sont touchés et ils ont à cœur leurs coéquipiers et cette organisation. Il y a beaucoup de bon qui ressort de cette saison même si c’est difficile de le voir en ce moment », a-t-il philosophé.

Shanahan et Garoppolo pointés

Difficile de ne pas pointer du doigt les deux compères pour l’effondrement au quatrième quart, eux qui détenaient une avance de 20-10.

Shanahan, autant dans son rôle de coordonnateur offensif des Falcons au Super Bowl 51 que de patron des 49ers au Super Bowl 54, a vu ses équipes poivrées de 46 points contre aucun au cours du quatrième quart.

Les sept séquences offensives qu’il a dirigées lors de ces deux matchs, au quatrième quart, ont résulté en quatre dégagements et trois revirements.

Garoppolo, quant à lui, a raté une belle occasion de s’inscrire dans la légende, quand dans les dernières minutes du quatrième quart, il n’a pas su rejoindre Emmanuel Sanders sur une longue passe.

« Ce sont des moments dont on rêve, mais on n’a pas su bien terminer », a constaté le quart-arrière.

La défensive, solide pendant trois quarts, a connu des ratés quand l’attaque des Chiefs a procédé à un tempo plus rapide au quatrième quart. Elle n’avait concédé que huit passes ayant traversé plus de 20 verges dans les airs durant toute la saison et en a concédé trois à Patrick Mahomes dimanche.

« C’était une bonne décision de leur part. Ils nous ont pris hors position à quelques reprises. Nous avons peut-être ressenti un peu de fatigue », a dit le joueur de ligne auteur de 1,5 sac du quart, DeForest Buckner.