/investigations/transports
Navigation

Flying Whales: le gouvernement caquiste a investi 30 M$ dans des dirigeables rejetés par des experts

Le projet avait été refusé sous les libéraux

Flying Whales
Photo tirée du Site web Flying Whales

Coup d'oeil sur cet article

Québec a investi 30 M$ dans un projet de dirigeables français géants jugé irréaliste au Québec par des experts mandatés sous le précédent gouvernement libéral, en plus de payer trois fois plus cher que son partenaire d’affaires chinois pour sa participation.  

En novembre dernier, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a annoncé que Québec investira 15 millions d’euros dans le développement du «zeppelin» de l’entreprise Flying Whales destiné au transport de lourdes charges dans les régions éloignées, notamment des maisons pour les zones minières dans le Grand Nord.     

  • Écoutez les explications du journaliste Patrick Bellerose avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:  

 

Un autre 5 millions d’euros doit servir à développer une filière québécoise, portant la note à environ 30 M$ en dollars canadiens.    

Le ministre Pierre Fitzgibbon (à gauche), a annoncé le 13 novembre dernier un investissement de 30 M$ dans le projet Flying Whales, en compagnie notamment du président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset.
Capture d’écran, TVA Nouvelles
Le ministre Pierre Fitzgibbon (à gauche), a annoncé le 13 novembre dernier un investissement de 30 M$ dans le projet Flying Whales, en compagnie notamment du président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset.

Non seulement le montant investi dans l’entreprise mère est trois fois plus élevé que celui déboursé par le partenaire chinois pour le même niveau de contrôle, mais l’idée avait déjà été rejetée après analyse par le gouvernement Couillard.      

Le 29 mars 2017, un panel de chercheurs et d’universitaires s’est réuni dans les locaux du Consortium de recherche et d’innovation en aérospatiale au Québec (CRIAQ) afin d’évaluer le projet.      

  • ÉCOUTEZ la chronique de Rémi Nadeau à l'émission Dutrizac à QUB Radio :    

Les représentants de Flying Whales assistaient à la rencontre depuis la France grâce à la visioconférence.     

Mais le ministère de l’Économie n’a alors pas obtenu l’écho favorable espéré. «Ça ne va jamais voler», tranche aujourd’hui en entrevue un des experts présents à la réunion, qui a requis l’anonymat.    

Le représentant d’un second organisme participant contacté par Le Journal doute également de la faisabilité du projet.     

Nombreux problèmes  

Selon nos informations, les responsables de Flying Whales peinaient à répondre aux questions soulevées par le panel quant à l’applicabilité du projet au Québec, comme l’atteste d’ailleurs un courriel de suivi à la réunion. Par exemple, lorsqu’il dépose un poids important, un ballon gonflé à hélium doit recevoir une charge équivalente afin d’éviter de «partir en orbite», poursuit notre expert.    

Les représentants de Flying Whales auraient alors expliqué qu’ils envisageaient de «pomper de l’eau» dans des ballasts. «Dans le Grand Nord, il n’y a pas d’eau, elle est gelée», raille notre interlocuteur.     

  • ÉCOUTEZ la chronique de Jean-François Gibeault sur le sujet à QUB radio:

Les intervenants ont également souligné que le vent du Grand Nord pourrait empêcher un dirigeable d’avancer à la vitesse voulue, sans compter l’impact du froid.     

Des documents obtenus par notre Bureau parlementaire en vertu de la loi d’accès à l’information démontrent que le ministère a tout de même présenté le projet à la ministre libérale Dominique Anglade quelques jours plus tard. Celle-ci a refusé d’investir, confirme son attachée de presse.    

Prise deux  

Malgré cette première rebuffade, le sous-ministre adjoint aux Industries stratégiques et aux Projets économiques majeurs est revenu à la charge, en pleine campagne électorale.    

Le 28 août 2018, Mario Bouchard signale dans un courriel qu’une rencontre sur le sujet doit avoir lieu le lendemain.    

Le 11 septembre, un représentant du ministère signait une convention d’aide financière pour subventionner une étude de faisabilité pour l’implantation de Flying Whales au Québec, pour une somme maximale de 24 000 $.    

Une semaine après l’élection du nouveau gouvernement caquiste, Mario Bouchard a demandé de «préparer une note pour le prochain ministre afin d’aller chercher un [sic] orientation quant à l’intérêt du Québec dans ce projet [...]».    

Un an plus tard, en novembre dernier, le gouvernement caquiste annonçait son investissement dans le projet, même si l’entreprise française ne comptait toujours ni prototype ni clients.    

Étude secrète  

Confronté à nos informations, le cabinet de M. Fitzgibbon affirme détenir une nouvelle étude réalisée par une «firme externe spécialisée» qu’il refuse de nommer.    

«Les risques relevés sont ceux inhérents à des projets de développements de nouveaux appareils dans le domaine de l’aéronautique, écrit l’attaché de presse du ministre. Le nouveau gouvernement a été informé des résultats de ces revues diligentes. Aucun enjeu technique n’a été signifié au gouvernement.»    

Le gouvernement Legault affirme aussi avoir été informé du refus de l’ancien gouvernement. Toutefois, Québec a choisi d’investir cette fois-ci parce que «le projet a connu des avancées, et des étapes importantes ont été réalisées», écrit l’attaché de presse du ministre.     

 — Avec Marie-Christine Trottier  

Flying Whales   

  • Projet de ballon dirigeable à l’hélium développé par une entreprise française.    
  • Celui-ci permettrait de charger et de décharger jusqu’à 60 tonnes en vol stationnaire.    
  • L’appareil devrait mesurer 154 mètres de long et 42 mètres de haut.    
  • Vitesse de croisière de 100 km/h.    
  • Type de marchandise visée : bois, éléments d’éoliennes, pylônes électriques haute tension, etc.    
  • L’entreprise est contrôlée à 50 % par le holding français, la chinoise AVIC et le Québec contrôlant le reste des actions à parts égales.         

Québec a payé trois fois plus cher que les Chinois  

Québec a déboursé 15 millions d’euros pour acquérir 25 % de Flying Whales, alors que son partenaire chinois avait payé seulement 4,5 millions d’euros, en 2017, pour le même niveau de participation, démontrent les états financiers de l’entreprise française.    

Juste avant, AVIC (Aviation Industry Corporation of China) a également exercé un droit de souscription d’actions au coût de 1 M€ pour éviter de voir son poids dilué dans Flying Whales.    

Ainsi, à la suite de l’ajout d’un total de 30 M€ par Québec et le holding français qui contrôle Flying Whales, AVIC a vu la valeur de son investissement passer de 5,5 M€ à 15 M€.     

Au cabinet du ministre de l’Économie, on fait valoir qu’AVIC s’est engagée dans la ronde de financement en 2015, même si celle-ci s’est bouclée deux ans plus tard, et que «l’entreprise s’est développée depuis 4 ans».    

Propriété intellectuelle  

«Elle a maintenant un portefeuille de brevets bien garni. Également, elle a mis sur pied un consortium industriel, sécurisé un financement public français complémentaire important et concrétisé des débouchés commerciaux», écrit le cabinet du ministre.     

On ajoute que «la valorisation de l’entreprise est donc nécessairement plus élevée».    

«La valorisation post-investissement de 60 M€ est conforme et cohérente avec les conclusions de l’exercice d’évaluation réalisé par la firme externe indépendante et reconnue internationalement», affirme-t-on.    

Un sous-ministre impliqué   

  • Le sous-ministre adjoint Mario Bouchard était également impliqué dans un autre investissement controversé.     
  • Sous sa direction, Québec a financé en totalité l’achat d’une usine de pâtes et papiers à Lebel-sur-Quévillon par Nexolia.    
  • La transaction a permis d’enrichir une femme d’affaires peu connue, Vicky Lavoie, qui a revendu l’usine moins de deux ans plus tard le double du prix.    
  • Un rapport d’enquête à ce sujet doit être rendu public sous peu.     
  • Mario Bouchard a récemment annoncé qu’il prendra sa retraite ce printemps.