/news/provincial
Navigation

Des groupes citoyens s’opposent aux visées de Lévis au parc des Chutes-de-la-Chaudière

Gilles Lehouillier réplique immédiatement

De gauche à droite, on reconnaît Pierre-Paul Sénéchal et Gaston Cadrin, tous deux du GIRAM, ainsi que Jacques Demers, président des Amis du parc des Chutes-de-la-Chaudière.
Photo Taïeb Moalla De gauche à droite, on reconnaît Pierre-Paul Sénéchal et Gaston Cadrin, tous deux du GIRAM, ainsi que Jacques Demers, président des Amis du parc des Chutes-de-la-Chaudière.

Coup d'oeil sur cet article

Deux groupes de citoyens s’opposent « par principe » aux visées de la Ville de Lévis concernant le développement touristique du parc des Chutes-de-la-Chaudière. Le maire Lehouillier a rapidement qualifié leur sortie publique de « pétard mouillé ».

Lors du conseil municipal du 27 janvier, les élus lévisiens ont adopté un règlement qui ouvre la porte à un changement de zonage dans le parc. Gilles Lehouillier a évoqué l’idée d’un hôtel, de jeux d’eau et de bassins récréatifs, mais aucun projet concret n’est encore sur la table.

« C’est toute l’artificialisation et la commercialisation du site qu’on trouve inadmissible. S’il y a déjà 800 000 visiteurs [par année], pourquoi on en rajouterait ? C’est juste pour avoir de l’argent », s’est indigné, mardi, Gaston Cadrin du GIRAM (Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu).

Raisonnement semblable du côté de Jacques Demers, président des Amis du parc. « Il est incompréhensible que la Ville de Lévis morcelle un de ses plus beaux parcs à des fins commerciales », a-t-il déploré.

La Ville de Lévis a rapidement répliqué, mardi, en jurant que le projet de développement « assurera la pérennité du parc pour les générations futures ».

Consultation prévue

Le maire a ajouté « qu’on a adopté un avant-projet en conseil municipal. Il y aura une consultation en février ou en mars. Il faudrait minimalement que les gens attendent qu’on présente ce magnifique projet [...]. Nos intentions, c’est d’avoir une structure sur 65 000 mètres carrés ».

D’après la municipalité, 96,6 % du parc demeurera voué à la protection et à la conservation des milieux naturels.