/opinion/blogs/columnists
Navigation

Québec solidaire stagne

Bien que nous soyons loin des prochaines élections, le parti de gauche est loin d’avoir le vent dans les voiles...

Québec solidaire stagne
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Bien que nous soyons loin des prochaines élections, le parti de gauche est loin d’avoir le vent dans les voiles...  

Bien entendu, les données sont plus rares, et les sondages sur les intentions de vote, à plus de deux ans des prochaines élections, sont à prendre avec des pincettes. Une éternité nous sépare du prochain scrutin au Québec.   

Et pour l’heure, si la tendance se maintient, pas de suspense là! La CAQ balaiera le Québec, forte d’une majorité plus grande encore que celle, déjà appréciable, dont elle jouit présentement.    

Québec solidaire stagne
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Des gains... à gauche? 

En analysant le plus récent Léger, publié la fin de semaine dernière, Philippe J. Fournier, de Qc125 et de L’actualité, dresse un portrait de l’état des lieux politique au Québec:    

«... pour Québec solidaire, la projection actuelle ne prévoit aucun gain. Avec ces derniers chiffres, QS conserverait sans doute ses circonscriptions montréalaises et le comté de Taschereau à Québec. Toutefois, Sherbrooke, Rouyn-Noranda–Témiscamingue et Jean-Lesage, tous remportés par QS avec des marges modestes en 2018, pourraient potentiellement tomber aux mains de la CAQ.»   

Le Léger de fin novembre offrait un portrait presque identique. Soit un retour à la case départ pour Québec solidaire, le confinement à l’île de Montréal et l’espoir de garder la circonscription de Catherine Dorion à Québec.   

Cela ne devrait pourtant pas surprendre. Les autres victoires de QS en dehors de la métropole ont été faites à l’arraché. Et rien dans la performance de ce parti à l’Assemblée nationale, depuis les dernières élections, ne permet de penser que l’on ait consolidé les gains modestes en région.   

Bien au contraire.   

Au moment où un autre sondage récent, Angus Reid celui-là, établissait clairement l’attachement de la majorité nette des Québécois à la laïcité, on peut se demander si la décision de Québec solidaire, d’adopter la position la plus radicale contre ce principe, ne vient pas de court-circuiter toute chance que ce parti avait de consolider ses gains, voire d’en faire d’autres.   

  

Québec solidaire stagne
Photo d'archives, Agence QMI

J’irai un cran plus loin. Si Québec solidaire avait fait la campagne de 2018 en assumant sa position actuelle sur cette question, qu'on sentait venir, ce parti aurait dû se contenter de Taschereau. Et encore...   

Il y a bel et bien eu un petit moment «QS» en 2018, une sympathie populaire cute qui a permis des avancées intéressantes. Mais le plus dur est de consolider les gains réalisés. Et pour l’heure, le parti de gauche n’est pas en mode séduction. Noyauté par ses éléments les plus radicaux, ce parti risque plus de se recroqueviller autour de sa base naturelle métropolitaine de l’UQAM et de Concordia...   

Ne pouvant plus faire le plein des circonscriptions péquistes à Montréal et en étant réduit à la marginalité en région, Québec solidaire stagne. Recule, même. Sans compter que les adversaires de l’opposition sont en pleine reconstruction. La plus grande déception, à gauche, demeure de n’avoir pas su profiter d’un Parti québécois fortement ébranlé.   

Comme l’écrivait un internaute à la blague en consultant ces dernières données: «Le PQ avec pas de chef fait mieux que QS qui en a deux!»   

  

Québec solidaire stagne
Le Journal de Québec

Les «vieux partis»  

Il y a peu de matière à réjouissance pour l’opposition à Québec en ce moment. Toutefois, s’il y a une chose dont peuvent se réjouir le Parti libéral et le Parti québécois, c’est que leur électorat traditionnel respectif demeure, somme toute, assez robuste.    

Mais tout ça est bien mince.    

Le PLQ, à 10% au sein de l’électorat francophone, est confiné à l’opposition perpétuelle. Et la course à la chefferie, qui s’annonce terne au possible, ne fera rien pour arranger les choses.   

Au PQ, on se réjouira que la chefferie semble vouloir être pas mal plus intéressante que ce qui a cours au PLQ ou même chez les conservateurs à Ottawa. On accueillera l’attention médiatique avec plaisir.    

Ce parti jouit aussi de quelques figures très populaires au sein de leur électorat. Les Pascal Bérubé, Véronique Hivon et Harold Lebel, par exemple, sont appréciés de leurs électeurs depuis longtemps. Mais pour l’heure, les péquistes sont confinés à leurs derniers retranchements sans embellie proche dans les anciens bastions de Montréal ou du 450.    

Le véritable portrait politique du Québec ne pourra être complet que lorsque chaque parti aura désigné la personne qui le dirigera.