/news/provincial
Navigation

Un troisième lien «révolutionnaire», selon Lehouillier

Le maire de Lévis Gilles Lehouillier
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le maire de Lévis Gilles Lehouillier

Coup d'oeil sur cet article

Vantant les mérites de la nouvelle mouture du troisième lien, Gilles Lehouillier a qualifié le mégaprojet de «révolutionnaire».  

C’est ce que le maire de Lévis a fait savoir, mardi, lors d’un dîner-conférence organisé par la Chambre de commerce de Lévis.   

«Le gouvernement nous propose une mouture qui est assez exceptionnelle et drôlement intéressante pour nous. Ça vous donne une idée de la révolution qui va se produire dans notre ville», s’est-il enthousiasmé.  

Ce dernier a donné l’exemple d’un départ en transport en commun à partir du secteur Desjardins, à Lévis. «Vous voulez aller voir un spectacle au Grand Théâtre. En dix minutes, vous êtes à destination. C’est incroyable comme changement. Avec nos autobus conventionnels, si vous y allez, c’est 50 à 55 minutes minimum, a-t-il illustré. Essayez de vous imaginer l’impact que ça va avoir pour le développement de notre ville.»  

Selon lui, «en termes de distance, ça va être plus facile pour des promoteurs d’immeubles de bureaux par exemple de croître à Lévis, puisque la distance entre Lévis et le centre-ville de Québec va être moins longue, par exemple, que la distance pour aller à Charlesbourg ou Beauport. C’est extraordinaire. C’est unique».   

Défis techniques  

Gilles Lehouillier a néanmoins admis qu’il restait «quelques petits défis techniques à régler, notamment l’arrivée du côté de Québec, mais [il] pense que le gouvernement a la volonté ferme de les régler quitte à ce que le tunnel ait un parcours un peu plus prolongé pour arriver au bon endroit».  

Un peu plus tôt, le maire de Lévis a répété qu’il n’est pas question que sa municipalité participe au financement du futur troisième lien. «Le troisième lien, c’est payé par le gouvernement à 100%, a-t-il réitéré. Comme le tramway. On s’attend au même résultat. Il n’a pas été question de ça avec le gouvernement».  

Interrogé plus spécifiquement sur l’enjeu de l’interconnexion à l’ouest, il a indiqué que «ça va être probablement moins lourd que ce qui avait été prévu [...] Récemment, on était rendus à 14 quais environ. Est-ce qu’on va descendre avec les quais? Probablement».

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.