/misc
Navigation

Un vrai débat sur le français?

Coup d'oeil sur cet article

On nous promet un grand débat sur la langue à Québec. Pendant que la CAQ jongle avec l’échéancier de sa grande réforme pour protéger et promouvoir le français, le Parti québécois met le gouvernement au défi.

Ce qui soulève la question, jusqu’où osera aller la CAQ ?

Le ministre Simon Jolin-Barrette a laissé entendre qu’il pourrait rouvrir la Charte de la langue française. Mais la CAQ s’en tiendra-t-elle à une meilleure francisation des immigrants et une politique robuste pour l’État québécois ?

Ce serait un bon début, qui fera couler beaucoup d’encre, mais encore...

Les tabous qu’on préfère ignorer

Pour espérer freiner le déclin du français au Québec, le débat devra s’attaquer à certains tabous.

Le PQ a certainement lancé le bal avec son offensive contre le bilinguisme systématique. Il déposera à nouveau un projet de loi pour interdire aux entreprises d’exiger l’anglais comme critère d’embauche quand ce n’est pas nécessaire.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

En effet, on se demande bien pourquoi un plongeur dans un restaurant ou un préposé au chargement devraient être bilingues pour s’acquitter de leurs tâches. Emplois bilingues, programmes bilingues dans les cégeps et universités francophones, la pente semble glissante. Ne faudrait-il pas débattre du risque posé par cette dévalorisation insidieuse du français ?

D’ailleurs, comme le plaidait Gilles Vigneault, « la meilleure façon de défendre une langue c’est de la parler bien, de l’écrire le mieux possible et de la lire beaucoup ».

La CAQ osera-t-elle ainsi s’attaquer à l’ultime tabou : la qualité de la langue au Québec ?

Il faut l’avouer, il est plus facile de dire aux immigrants d’apprendre le français que de rappeler aux Québécois leurs propres responsabilités en la matière.

Pendant combien de temps laisserons-nous cette langue au cœur de notre identité n’être que l’ombre d’elle-même à coups d’anglicismes, de raccourcis, de contractions et de fautes tolérées dans la quasi-indifférence ?