/news/politics
Navigation

English-Montréal renonce au financement fédéral pour contester la loi 21

English-Montréal renonce au financement fédéral pour contester la loi 21
PHOTO D'ARCHIVES AGENCE QMI, MARIO BEAUREGARD

Coup d'oeil sur cet article

La Commission scolaire English-Montréal a dépensé 373 000 $ d’argent public jusqu’à maintenant pour contester la loi sur les signes religieux, a appris Le Journal. 

• À lire aussi: Trudeau rétorque qu'il ne peut pas intervenir
• À lire aussi: «Trudeau insulte les Québécois», dénonce François Legault  

L’organisation est sur la sellette depuis le début de la semaine en raison des fonds fédéraux qu’elle a réussi à obtenir pour l’aider dans sa croisade contre la loi 21 du gouvernement Legault. 

Devant le tollé suscité par cette aide du gouvernement du Canada, English-Montréal a finalement renoncé jeudi à se servir des 125 000 $ offerts par le Programme de contestation judiciaire. 

Mais la commission scolaire n’a pas lésiné sur les moyens jusqu’ici pour s’attaquer à la législation caquiste, qui interdit notamment aux enseignants de porter des signes religieux au travail.  

Selon nos informations, pas moins de 116 000 $ en frais juridiques ont été dépensés durant l’année scolaire 2018-2019, qui se terminait le 30 juin dernier.  

Entre juillet et décembre 2019, 257 000 $ supplémentaires ont été allongés par la commission scolaire dans ses démarches de contestation de la loi 21.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Appui des parents 

Le porte-parole Michael Cohen n’était pas en mesure jeudi de confirmer le montant dépensé jusqu’à maintenant par English-Montréal pour ses frais judiciaires.  

Ce dernier n’a toutefois pas caché que la commission scolaire se servira de son budget provenant des coffres de l’État, donc de l’argent public, pour contester la loi sur la laïcité.  

« Les parents de la commission scolaire sont complètement derrière nous », a-t-il précisé à notre Bureau parlementaire.